L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (15)
Accueil / Des témoignages / mobilité des MC : la petite boutique des horreurs

mobilité des MC : la petite boutique des horreurs

la motivation d’un MC ne vaut rien face à l’amour propre des mandarins

Par dumat, le 6 mars 2005

MC aux compétences reconnues et mere de 3 jeunes enfants je dois me battre depuis 3 ans pour faire mon métier contre des mandarins pour qui tous les coups sont permis. Dans l’exercice quotidien de mon métier je suis bien plus brimée par certains "collégues" fonctionnaires que par les mesures du gouvernement.

Depuis qu’en 2002 j’ai postulé à mutation à un concours de MC pour suivre mon mari je dois me battre pour travailler. Mon chef ne voulait pas que je parte et il a usé de son pouvoir pour défavoriser mon travail et mon insertion dans l’université où je postulais à mutation. Dans cette université où j’ai postulé en 2002 à mutation, je n’ai bien sur pas été recrutée mais en plus j’ai été l’objet de rumeurs et de brimades permanentes car je risquais de perturber les plans.

Pourquoi alors que transparence, mobilité, efficacité, chasse au gaspillage sont tellement politiquement correctes, dans les faits ça ne marche pas du tout.

Pour sauver la recherche publique il me semble qu’il faudrait lutter en priorité contre notre ennemi interne que représente ces mandarins. Nous devrions nous battre pour plus de transparence et favoriser réellement la mobilité.