L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (1)
Accueil / Actualités / Monsieur Goulard, nous vous demandons de défendre l’ERC

Monsieur Goulard, nous vous demandons de défendre l’ERC

Par Alain Trautmann, le 7 juillet 2005

Lettre adressée le 6 juillet à M. François Goulard

Ministre délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche

1 rue Descartes, 75005 Paris

Monsieur le Ministre,

Parallèlement aux discussions suivies sur le projet de loi d’orientation de la recherche que nous menons avec votre Ministère, nous tenons à attirer votre attention sur un prolongement naturel et absolument essentiel de ces discussions au niveau européen. Nous nous adressons à vous pour souligner toute l’importance de la création d’un Conseil Européen de la Recherche (ERC) au cours du prochain Programme Cadre 7 (FP7). Cette importance est soulignée dans un rapport d’experts indépendants EUR 21619 de février 2005 qui estime que la création de ce Conseil aurait des effets très bénéfiques sur la recherche européenne dans son ensemble.

Des rumeurs circulent avec insistance selon lesquelles le Conseil des Ministres Européens ne soutiendrait pas la proposition de la Commission d’un doublement du budget pour la recherche au cours du FP7 par rapport au FP6. C’est tout l’agenda de Lisbonne qui serait ainsi remis en question au niveau européen.

A travers toute l’Europe, les chercheurs sont persuadés que l’idée même de l’ERC serait supprimée de l’agenda du FP7 si l’augmentation du budget de recherche n’était pas suffisante. Or la création de l’ERC est indispensable pour faire de la recherche fondamentale, non finalisée, une priorité communautaire. Et vous savez combien la communauté scientifique française est attachée à cette dimension : une décision négative sur ce point aurait des répercussions fortes, tant en France que partout en Europe, dans les laboratoires et les universités.

Il est clair que cette nouvelle agence doit dès le départ avoir les moyens de ses ambitions (au minimum 2 milliards d’euros annuels, selon le rapport présenté par Frederico Mayor) pour avoir un impact significatif sur la recherche.

Si l’ERC n’est pas créé dès maintenant avec les moyens nécessaires alors que tout concourt à son émergence, il est plus que probable que ce Conseil ne verra jamais le jour. Ce renoncement serait une catastrophe pour la recherche européenne et un pas en arrière nous éloignant de l’objectif de faire de l’Europe une « société de la connaissance » - avec des conséquences désastreuses pour l’Europe.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations respectueuses.

Alain Trautmann

Sauvons la Recherche