L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (7)
Accueil / Actualités / Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

le 12 septembre 2005

Ce texte, rédigé par SLR-JC, a été adopté par SLR. Un communiqué des JCCP est également consultable dans la rubrique tribune et contribution.

Le 2 août dernier, le premier ministre a signé l’ordonnance supprimant les limites d’âge aux concours de la fonction publique. Le CNRS indique ainsi sur son site internet que "les concours de recrutement de chargés de recherche de 2ème classe (CR2) ne comportent plus de limite d’âge."

Cette mesure aura indubitablement des effets positifs, en permettant enfin l’accès à des postes de CR2 pour des chercheurs au parcours atypique. Néanmoins, les procédures actuelles sont inadaptées et en l’absence de mesures complémentaires, cette décision ne peut qu’entraîner un certain nombre de dérives inquiétantes :

- à court terme, elle conduira à une augmentation massive du nombre de candidats, détériorant encore les conditions de travail des commissions et rendant presque impossible tout examen sérieux des dossiers de candidature.

- à plus long terme, en mettant de fait en concurrence des chercheurs jeunes et des chercheurs confirmés, elle aura pour effet mécanique de reculer l’âge moyen de recrutement au CNRS. Ceci contribuera à augmenter encore l’instabilité professionnelle des jeunes chercheurs - qui ne pourront guère espérer de poste permanent dans les années suivant l’obtention de leur doctorat et à détériorer significativement les perspectives de carrière des chercheurs. L’absence de critère de substitution semble peu compatible avec une revalorisation des carrières scientifiques : il serait incohérent d’embaucher des chercheurs confirmés sur des postes ayant le salaire et les responsabilités de chercheurs en début de carrière. Comment proposer une rémunération inférieure à 2500 euros bruts à un docteur de 32 ans, qui a en moyenne 8 ans d’expérience professionnelle de recherche (doctorat inclus), souvent acquise pour partie à l’étranger ?

Des propositions ont été faites par SLR, afin que les différentes portes d’entrée dans la recherche publique soient repensées en terme d’expérience professionnelle (rapport des EGR, section III.1.3). De plus, comme nous l’avons souligné lors des Etats Généraux de la Recherche (http://etats-generaux.jeunes-cherch...), l’ensemble du dispositif de recrutement fonctionne mal et ne permet pas de réaliser les embauches dans la sérénité et le respect des candidats et des jurys.

Nous demandons donc que cette nouvelle disposition soit l’occasion de transformer profondément les modalités de recrutement et de déroulement de carrière dans la recherche publique et l’enseignement supérieur. En l’absence d’une réforme concertée, une suppression pure et simple de la limite d’âge pour l’accès aux concours au grade CR2 mènera à une détérioration des conditions de recrutement et de vie des jeunes chercheurs, et contribuera encore à la perte d’attractivité des métiers de la recherche en France.