L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (1)
Accueil / communiqués partenaires / Les jeunes chercheurs comdamnés à vieillir sur leur galère ? (communiqué JCCP)

Les jeunes chercheurs comdamnés à vieillir sur leur galère ? (communiqué JCCP)

Communiqué des "Jeunes Chercheurs Contre la Précarité" (JCCP)

Par Georges Debrégeas, le 15 septembre 2005

Collectif des Jeunes Chercheurs Contre la Précarité, Septembre 2005 http://jccp.ouvaton.org/

Le CNRS a annoncé que les "concours" de recrutement de chargés de recherche de 2ème classe (CR2, c’est-à-dire le premier échelon de recrutement des chercheurs) ne comporteront plus de limite d’âge (1). On peut juger que cette mesure est justifiée, dans la mesure où certains docteurs étaient injustement exclus de ces "concours" au seul motif de leur âge.

Père Ubu peut continuer à rigoler

Cependant, tant que la pénurie de postes statutaires perdurera (cela concerne aussi bien les techniciens, les ingénieurs et que les chercheurs), les recrutements se feront dans des conditions ubuesques (2).

La condition préalable à toute réforme des "concours" est une politique d’embauche massive et planifiée. Sans cela aucune mesure ne saurait restaurer les conditions minimales pour qu’une campagne de recrutement juste soit opérée.

Augmentation de la précarité

Les jeunes chercheurs (dont la plupart ont déjà travaillé plusieurs années comme chercheur ou comme enseignant-chercheur hors statut et ont produit de nombreuses publications scientifiques) risquent de subir des conditions de recrutement encore plus difficiles.

Alors que le système est déjà complètement engorgé, l’abrogation de la limite d’âge entraînera une augmentation du nombre de candidats, ainsi qu’une élévation supplémentaire de leur âge moyen.

Ceci aura pour effet d’allonger encore la file d’attente. La précarité post-doctorale va donc continuer à se généraliser, et sa durée moyenne va augmenter.

Piège post-doctoral

La situation actuelle est déjà très grave : une étude récente du CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) note qu’en 2004, trois ans après leur thèse, 24% des docteurs ont un emploi précaire et 11% sont au chômage (3).

Il est à craindre que la généralisation et l’allongement de la durée du post-doctorat (ou d’autres formes d’emploi précaire) n’arrangeront rien et favoriseront au contraire la multiplication des voies sans issues.

En effet, une étude menée par l’ambassade de France aux Etats-Unis (4) montre que le post-doctorat se révèle être un "substitut à l’emploi stable introuvable" qui pénalise plus qu’il n’apporte de bénéfices :

- Le post-doctorat n’augmente pas les chances de trouver un emploi : 36% des post-doctorants ne trouvent toujours pas d’emploi stable dans les 6 ans qui suivent leur thèse (4).

- L’augmentation de la durée du post-doctorat fait même diminuer les chances de trouver un emploi : les docteurs ayant fait un post-doctorat de 4 ans et plus représentent 48,1% de ceux qui cherchent un emploi, et seulement 17,6% de ceux qui ont trouvé un emploi (4). La probabilité de chercher un emploi pendant plus d’un an est de 30% après un post-doctorat. En additionnant un deuxième post-doctorat hors Amérique du Nord, cette probabilité monte à 60% (4).

Les « jeunes chercheurs » condamnés au post-doctorat ont des cheveux blancs à se faire : ils vont vieillir... mais resteront toujours précaires. Ils peuvent aussi s’inquiéter quant à la dégradation de leurs conditions de travail. Car, quel que soit le milieu professionnel, la constitution d’une "armée de réserve de main-d’oeuvre docilisée par la précarisation et par la menace permanente du chômage" a toujours les mêmes conséquences : exacerbation des rivalités individualistes, et développement du travail dans l’urgence, le stress et la souffrance (5).

Couplé à l’ANR (Agence Nationale pour la Recherche), aux pôles de compétitivité, au "contrat nouvelle embauche", et à bien d’autres mesures, le projet de précarisation de l’emploi continue d’avancer et ne cesse d’empoisonner nos vies.

Collectif des Jeunes Chercheurs Contre la Précarité, Septembre 2005 http://jccp.ouvaton.org/

Notes

(1) : Cette décision fait suite à l’ordonnance gouvernementale signée cet été afin de supprimer les limites d’âges dans les concours de la fonction publique. http://www.legifrance.gouv.fr/WAspa... http://www.sg.cnrs.fr/drh/concours/...

(2) : A titre d’exemple illustrant les dérives induites par la pénurie de postes et de moyens, on peut citer tel directeur de laboratoire qui a déclaré récemment qu’il était obligé d’être expert à l’ANR, sans quoi, « [il] prend le risque que [ses] concurrents le soient, poussent leurs poulains ou coulent [ses] propositions. » Libération, 09 septembre 2005 http://www.liberation.fr/page.php?A...

(3) : Le taux de chômage des docteurs, trois ans après l’obtention de leur diplôme est identique à celui des titulaires d’un DESS, mais deux fois supérieur à celui des titulaires d’un diplôme d’ingénieur. "De la thèse à l’emploi. Les débuts professionnels des jeunes titulaires de doctorat" Lettre mensuelle du CEREQ, n° 220 juin 2005 http://www.cereq.fr/pdf/b220.pdf

(4) : "Enquête de l’ambassade de France aux USA sur les post-doctorants aux USA". Pour lire l’enquête complète, il faut s’inscrire là : http://www.science-odyssee.org/resu...

(5) : "L’essence du néolibéralisme" Pierre Bourdieu. Le Monde diplomatique, mars 1998. http://www.monde-diplomatique.fr/19...