L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (1)
Accueil / communiqués partenaires / STATUT DES JEUNES CHERCHEURS : SIDACTION DENONCE LES INSUFFISANCES DU PACTE DE LA RECHERCHE

STATUT DES JEUNES CHERCHEURS : SIDACTION DENONCE LES INSUFFISANCES DU PACTE DE LA RECHERCHE

Par Gionti Sidaction, le 6 octobre 2005

Paris, le 5 octobre 2005,

Le Gouvernement a présenté ce jour l’avant projet de Loi de Programme pour la Recherche, avant sa transmission pour avis au Comité Economique et Social.

A la lecture de ce document, il apparaît que la question de la résorption globale des libéralités comme mode de financement des jeunes chercheurs n’a été traitée que partiellement par le Ministère de la Recherche.

En 2004, un dispositif ministériel de résorption des libéralités avait déjà été instauré, ne couvrant qu’un certain nombre de chercheurs doctorants et ne visant pas les post-doctorants, pourtant « précaires des plus précaires ».

Rappelons que ce dispositif prévoyait la mise en place de contrats de travail à durée déterminée pour les chercheurs, l’Etat prenant en charge les cotisations sociales patronales et les organismes caritatifs versant l’équivalent du salaire brut.

Dès l’annonce de ce dispositif, Sidaction a entrepris une négociation avec le Ministère de la Recherche visant à étendre cette mesure à l’ensemble des chercheurs doctorants et post-doctorants.

Ainsi, Sidaction a mené une double action de concertation et de négociations avec tous le acteurs de ce dossier qui a abouti en 2004 à l’étude aux plans politique et technique de l’insertion des post-doctorants dans ce dispositif.

Sidaction déplore que le Ministère de la Recherche n’ait pas donné suite à ces négociations en veillant à inscrire dans la Loi la nécessaire conversion en contrats de travail des libéralités, en prenant en charge la couverture sociale de tous les chercheurs travaillants au sein d’organismes publics grâce au soutien financier des organismes caritatifs.

En effet, les dispositions prises par la Loi afin d’offrir des carrières scientifiques attractives n’évoquent que de futures mesures destinées à résorber les libéralités uniquement pour les doctorants, fixant comme échéance l’année 2007.

De plus, Sidaction s’interroge sur la part du budget accordé à cet objectif, le budget de l’Enseignement supérieur et de la Recherche n’ayant pas été détaillé sur ce point lors de la présentation de la Loi de Finances pour 2006.

L’avenir de la recherche passe par l’engagement des jeunes dans cette voie. Sidaction mise sur les jeunes chercheurs et renouvelle son engagement à défendre leur statut pour leur permettre de travailler dans de meilleures conditions.

L’association attend donc des précisions quant aux mesures destinées aux chercheurs post-doctorants financés par des libéralités. Les progrès et le renouvellement de la recherche en France, notamment dans le domaine du VIH/sida, en dépendent.

Contact presse

Francis Gionti 01 53 26 46 64

06 73 21 63 97

f.gionti@sidaction.org

Silvia Cannata 01 53 26 49 77

s.cannata@sidaction.org

www.sidaction.org