L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)

La Tribune

Par François Coulier, le 15 novembre 2005

- 15 novembre 2005

Un dossier exceptionnel dans le journal économique La Tribune sur le CNRS qui présente une très bonne synthèse de la situation actuelle dans cet établissement.. A ceux qui doutent que l’établissement vit ses dernières années et qu’il est en danger......Au delà du débat sur le pacte pour la recherche qui occupe notre communauté, l’établissement connaît des soubresauts : mise en place de la nouvelle réforme et de ses des directions inter-régionales, problèmes de parité homme/femme dans les instances de direction, suppression de 200 millions d’euros de dotation en 2005, remise en cause du rôle de son comité national dans l’évaluation des laboratoires et des chercheurs..... De plus la mise en place de l’ANR , richement doté, fragilise encore plus l’établissement dans son grand rôle de pilotage et de prospective dans la recherche française.
Le CNRS est « souvent montré comme un bouc-émissaire des maux de la recherche française » par certains idéologues qui n’hésitent pas depuis des années à manier de fausses idées sur le fonctionnement de l’établissement. Tout ceci contribue à le fragiliser. Encore une fois, il faut lire les journaux pour savoir vraiment ce qui se passe sur notre lieu de travail.

Les articles :

  • Le CNRS est-il condamné ?
  • Les dangers d’une institution affaiblie
  • "Le centre est amené à repréciser sa place"
  • L’université voudrait être le poumon de la recherche

À lire sur le site de La Tribune, ou dans le PDF ci-dessous :

PDF - 421 ko

Vous pourrez également lire la lettre ouverte de J.Fossey, admistrateur du CNRS, et les différentes motions votés par les présidents des sections du Comité National du CNRS, qui rendent compte du grand malaise que vit l’établissement.