L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / 23 novembre 2005 : 2000 manifestants pour "sauver" la Recherche !

Syndicat National des Travailleurs de la Recherche Scientifique (SNTRS CGT)

23 novembre 2005 : 2000 manifestants pour "sauver" la Recherche !

Par KISTER, le 27 novembre 2005

Le 23 novembre, plus de 2 000 manifestants ont défilé dans toute la France à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales et du collectif "Sauvons La Recherche". Ils ont dit non à la précarité, non à la casse des organismes publics de recherche, non à l’autoritarisme que le projet de loi de la recherche aggraverait s’il était adopté.

Les personnels de la recherche refusent le pacte "Contre la Recherche" du gouvernement !

1 000 manifestants à Paris, 250 à Strasbourg, 200 à Toulouse, 180 à Lyon, 150 à Bordeaux, 100 à Lille, 80 à Montpellier (AG), 40 à Angers , 25 à Nancy... soit plus de 2 000 manifestants dans toute la France à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales et du collectif "Sauvons La Recherche" pour dire non à la précarité, non à la casse des organismes publics de recherche, non à l’autoritarisme que le projet de loi de la recherche aggraverait s’il était adopté !

Le SNTRS Cgt, à l’initiative de cette journée d’action unitaire, se félicite qu’ainsi les personnels de la recherche ont pu se faire entendre le jour où le projet de loi a été adopté au Conseil des ministres.

Mais l’action des personnels de la recherche ne s’arrête pas à cette journée d’action, il faut continuer à informer l’ensemble des collègues, à alerter la population des risques d’abandon de la recherche fondamentale en France si cette loi recherche était votée, à s’exprimer et à contacter tous les députés et sénateurs !

Le gouvernement a déjà dû légèrement modifier le texte de ce projet de loi sur la recherche (nouvelle version sur le site ministériel datée du 23 novembre) : léger recul sur la question des « campus », l’Agence d’Evaluation de la Recherche (AER) perd la personnalité morale mais reste une autorité administrative indépendante...

Autant de raisons pour accentuer et amplifier la mobilisation contre cette casse programmée des organismes de recherche et de l’université !