L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (1)
Accueil / Tribunes et Contributions / Il faut réhabiliter le Lyssenkisme

Il faut réhabiliter le Lyssenkisme

Par Alain Trautmann, le 26 janvier 2006

Après deux ans de conflit entre le gouvernement et la communauté scientifique, nous sommes arrivés à une impasse. La loi sur la recherche proposée par le gouvernement est rejetée par une grande partie de la communauté scientifique de notre pays. Cette situation est dommageable pour l’avenir de la recherche en France. Il faut essayer de sortir de cette impasse. Certaines déclarations récentes nous montrent la voie.

Lors d’un débat public qui a eu lieu le 13 janvier à Strasbourg [1], Mr Bur, député UMP du Bas-Rhin et vice-président de l’Assemblée Nationale a fait un diagnostic très intéressant. Un problème majeur, a-t-il dit, vient du fait que les chercheurs ont la prétention déraisonnable de vouloir s’autogérer et s’autoévaluer. "Ce qui est demandé est de bénéficier d’un statut comme il en existe pour la justice où l’Etat apporte des moyens et la justice les utilise comme un peu bon lui semble. C’est un modèle qui n’est pas très bon quand on regarde le fonctionnement de la justice". Monsieur Bur a raison. L’indépendance de la justice est incompatible avec le fonctionnement correct d’un Etat qui souhaite tout contrôler, depuis la méthode de lecture à l’école jusqu’aux thèmes de recherche des chercheurs. Les choses seraient beaucoup plus claires avec une justice aux ordres, des professeurs et des chercheurs dociles.

Il faut reconnaître que les chercheurs font parfois n’importe quoi. Certains ont travaillé pendant des années sur cette question dérisoire : la nature de la lumière est-elle ondulatoire ou corpusculaire ?, question dont tout le monde se moque. Certains ont poussé le vice encore plus loin, obsédés qu’ils étaient par la création d’une lumière cohérente. Certes, bien des années plus tard, leurs travaux ayant débouché sur le principe du laser, des centaines d’applications technologiques en ont découlé. Mais il est tout de même irritant de constater qu’au départ ces chercheurs ont contribué à dépenser le budget de l’Etat, donc les deniers des contribuables, en travaillant sur une question que personne ne leur avait dit d’étudier, qui ne correspondait à aucun des programmes prioritaires doctement élaborés au ministère de la recherche.

Cela fait désordre. Il serait indiscutablement préférable que nous ayons en France une science officielle, dont les axes seront déterminés par un Haut Conseil aux ordres, formés de vieux scientifiques politiquement corrects. On sait que ce système a été très efficace en d’autres temps. C’était à l’époque stalinienne, la science biologique officielle s’appelait le lyssenkisme. Rappelons que Trophim Lyssenko était un généticien soviétique défendant l’idée qu’il était possible de modifier les caractéristiques génétiques d’une plante en agissant sur son environnement. Cette théorie résolument erronée convenait bien à certains aspects de la politique agronomique du pouvoir soviétique. Elle fut donc promue science officielle. Certains de ceux qui s’y sont opposés sont morts au goulag.

Créer une science officielle avec des scientifiques politiquement conformes constitue un mode de fonctionnement dont tout Etat à prétention totalitaire devrait s’inspirer. Nous devrions nous inspirer des sages analyses de Mr Bur, suivre sa logique jusqu’au bout, et reconnaître les vertus du lyssenkisme.

[1] http://www.canalc2.tv/video.asp?idv... (voir le milieu de son intervention)