L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Comités loc. et transv. / Nord Lille / Compte-rendu de la réunion du collectif SLR 59-62 du 28 janvier 2006

Compte-rendu de la réunion du collectif SLR 59-62 du 28 janvier 2006

Par Frédéric Sawicki, le 30 janvier 2006

SLR 59-62 dénonce le Contrat première embauche et appelle à manifester le 7 février. Organisation d’un débat "Quelle loi pour la recherche ?" en présence de nombreux parlementaires de la Région fin février.

Le collectif SLR Nord-Pas-de-Calais s’est réuni vendredi 28 janvier (une dizaine de présents) et s’est prononcé unanimement pour que SLR appelle en tant que tel à manifester contre le CPE (contrat première embauche) le 7 février prochain. Nous avons estimé qu’on ne peut dénoncer la précarisation de l’emploi scientifique des jeunes et réclamer pour eux des emplois stables et laisser passer une mesure qui va d’abord toucher les étudiants diplômés qui, pour une grosse partie d’entre eux, bénéficient actuellement d’un contrat CDI.

Nous avons par ailleurs décidé d’organiser à Lille, dans les jours qui précèdent l’ouverture du débat sur la loi à l’Assemblée nationale, fin février-tout début mars, un débat avec les parlementaires de la Région les plus impliqués dans la Recherche sur le modèle strasbourgeois : Ivan Renar (PC), Marie-Christine Blandin (Verts), Yves Durand (PS, secrétaire national du PS à la recherche et l’université), Valérie Létard (UDF) + 1 UMP (à déterminer avec le secrétaire départemental du parti, Thierry Lazaro). Nous inviterions au débat tous les présidents et vice-présidents de nos universités, ainsi bien sûr que tous nos collègues.

Enfin, la manière dont s’est engagé le débat dans notre région autour des PRES nous inquiète particulièrement. Nous craignons l’apparition d’une “usine à gaz” fabriquée par les présidents d’université qui ne tienne pas compte des logiques scientifiques des laboratoires de recherche. Nous avons donc décidé d’organiser fin mars un débat très large à ce sujet. Nous considérons que les collectifs régionaux SLR ont à ce sujet un rôle important à jouer.