L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Sidaction déplore la position du Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur et poursuit son engagement auprès des jeunes chercheurs.

Sidaction déplore la position du Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur et poursuit son engagement auprès des jeunes chercheurs.

Par Sacerdoti Sidaction, le 15 mars 2007

Communiqué de presse

Paris, le 13 mars 2007

Après plus de six mois de sollicitations, Sidaction a été reçue, avec la plupart des organisations caritatives finançant la recherche, lundi 12 mars par Monsieur Gilles Bloch, Directeur général de la Direction de la Recherche. Il a confirmé la position du Ministère délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche sa décision de ne pas mettre en place un dispositif de résorption des libéralités pour les post-doctorant

Sidaction regrette vivement cette position. Seule association française de lutte contre le sida finançant la recherche, Sidaction s’est toujours battue pour l’amélioration des conditions de travail des chercheurs dont elle soutient les travaux.

C’est pour cette raison que depuis plus de trois ans, Sidaction œuvre auprès du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, en concertation avec d’autres organismes caritatifs (tels que l’AFM, l’ARC, la FRM, la Fondation de France et la LNCC) et les instances de représentation de la communauté des chercheurs, pour la mise en place de contrats de travail pour l’ensemble des jeunes chercheurs, doctorants et post-doctorants, effectuant leurs travaux de recherche dans les laboratoires publics grâce au soutien des organismes caritatifs.

Dans la poursuite de ce travail de concertation et de négociation, Sidaction a décidé d’effectuer toutes les démarches nécessaires à la mise en place, dès janvier 2007, de contrats de travail à durée déterminée pour toutes les bourses de recherche qu’elle accorde. Tous les chercheurs réalisant leurs travaux dans le domaine du VIH/sida, salariés de la structure de recherche où ils travaillent, bénéficieront donc désormais de tous les avantages élémentaires liés à la mise en place de ces contrats, tels qu’une couverture sociale et la cotisation pour le chômage et la retraite.

Ainsi en décembre 2006, le Conseil d’Administration de Sidaction, en plein accord avec son Comité Scientifique, représenté par M. le Pr. Yves Levy, son Président, a pris la décision de mettre tout en œuvre pour permettre à tous les chercheurs soutenus par l’association de bénéficier d’un contrat de travail. Cette mesure passe par le déblocage exceptionnel de crédits à cet effet.

« Cela représente de la part de Sidaction un effort financier considérable qui devrait en toute logique relever de l’Etat et des laboratoires publics qui sont les employeurs de ces chercheurs. Le dispositif de résorption des libéralités mis en place aujourd’hui ne prend pas en compte les post-doctorants. Il ne répond pas aux besoins de l’ensemble des chercheurs et aux enjeux d’une politique de recherche ambitieuse et respectueuse de celles et ceux qui l’a font » explique le Pr. Yves Levy, Président du Comité Scientifique et Médical de Sidaction.

« Sidaction poursuivra, en concertation avec les autres organismes caritatifs, ses discussions avec l’Etat et les organismes accueillant les chercheurs. Notre objectif est d’améliorer les conditions de travail des jeunes chercheurs, malgré l’annonce du Ministère », déclare Bertrand Audoin, Directeur général de Sidaction. « Ce dossier prioritaire pour notre association relève de la politique nationale de recherche : le développement de la recherche passe par un fort soutien aux chercheurs. Les progrès de la recherche dans sur le VIH/sida dépendent en effet de l’engagement des chercheurs dans cette voie » ajoute-t-il.

Grâce à la mise en place de contrats de travail pour ses boursiers, Sidaction garantit aux chercheurs l’amélioration de leurs conditions.