L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Les archives / Elections 2007 / Ségolène Royal mentionne SLR lors du débat avec Nicolas Sarkozy

Ségolène Royal mentionne SLR lors du débat avec Nicolas Sarkozy

Par Julien Brossard, le 4 mai 2007

Lors du débat télevisé du mercredi 2 mai 2007, entre les 2 candidats à la présidence de la Républiquye française, Ségolène Royal a mentionné SLR.

Extrait du débat :

*Ségolène Royal : *Je termine sur les 35 heures. Les partenaires sociaux, parce que le syndicalisme aura été renforcé par le chèque syndical, par un crédit d’impôt, parce que, désormais, ils auront une responsabilité éminente, il n’y aura plus de loi qui sera imposée dans le domaine social tant qu’il n’y aura pas eu de discussions entre les partenaires sociaux. Ensuite, la loi viendra consolider ces discussions, apporter les financements nécessaires ou généraliser le droit du travail. La réponse très précise sur les 35 heures est qu’il y aura sur ce sujet, comme sur les autres, la négociation entre partenaires sociaux branche par branche, soit ils se mettent d’accord et il y aura les 35 heures, soit ils ne se mettent pas d’accord et il n’y aura pas de généralisation des 35 heures dans les entreprises concernées. Je veux relancer la croissance, pas seulement avec les 2 heures supplémentaires que vous voulez exonérer, avec le chômage que cela va provoquer, puisque comme je l’ai dit tout à l’heure, les patrons auront intérêt à donner des heures supplémentaires que le salarié ne peut pas choisir. Il faudra du plan de charge pour donner des heures supplémentaires. Je préfère qu’un employeur recrute un jeune ou un salarié de plus de 50 ans au chômage plutôt que de donner des heures supplémentaires exonérées, c’est-à-dire un nouveau cadeau aux entreprises sans contrepartie. Notre mesure coûte 5 milliards d’euros. En revanche, ce qui est très important, c’est de prendre un peu de recul par rapport à l’enjeu économique et de se dire qu’aujourd’hui la vraie bataille est l’économie de la connaissance. J’ai proposé d’investir massivement dans l’innovation et la recherche. Les efforts dans la recherche ont drastiquement diminué, à tel point que le mouvement «  Sauvons la recherche » qui ne voulait appeler pour aucun candidat vient de tirer la sonnette d’alarme et de me soutenir. Ils savent à quel point la façon dont vous avez diminué les investissements de la recherche...

*Patrick Poivre d’Arvor : *La recherche, on peut en reparler, mais Nicolas Sarkozy va répondre.