L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (20)
Accueil / Actualités / Scientifiques, ouvrez les yeux !

Scientifiques, ouvrez les yeux !

le 21 mai 2008

Cette lettre s’adresse aux scientifiques français de toutes catégories, qu’ils soient enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs, chercheurs ou jeunes souhaitant exercer un métier de scientifique. Sans aucune concertation et au mépris des avis de la communauté le pouvoir a progressivement mis en place une série de pièces (ANR, Pacte sur la Recherche, AERES, LRU) prétextant une nécessaire modernisation de notre système d’enseignement supérieur et de recherche (ESR).

L’objectif réel de cette pseudo-modernisation consiste à mettre notre système d’ESR au service de l’économie - ce qui est la signification politique cachée de l’expression "économie de la connaissance" -, de limiter l’investissement public dans l’ESR (en cohérence avec l’obsession dominante et destructrice de réduire à tout prix les services publics) tout en contrôlant aussi étroitement que possible l’activité des scientifiques grâce à ces pièces progressivement mises en place, et en concentrant tous les pouvoirs de décision importants aux mains d’un groupe très restreint, très proche du pouvoir, nommé par celui-ci, au mépris des principes de collégialité qui prévalaient jusqu’alors. Ce pouvoir a agi avec une indéniable habileté, en masquant ses objectifs réels sous un discours lénifiant : "Ce que nous voulons c’est simplement clarifier les structures, moderniser le système d’ESR, rendre plus facile le travail des scientifiques, soutenir plus efficacement tous les types de recherche y compris la fondamentale, donner l’autonomie aux universités". Dormez braves gens, on vous roule dans la farine sans vous brutaliser.

Devant cette avalanche de décisions, de créations de nouvelles structures qui se surajoutent à celles existantes, une apparente incohérence de la politique suivie, beaucoup d’entre nous se sont sentis perdus, ne comprenant pas où tout cela nous mènerait. Beaucoup d’entre nous ont renoncé à essayer de comprendre vers où nous allions, seulement préoccupés de voir comment eux pourraient s’en sortir, trouver de l’argent pour vivre ou pour faire vivre une équipe ou un laboratoire, dans le maquis des nouvelles structures au fonctionnement opaque.

Scientifiques de tous statuts, réveillez-vous, on est en train de se moquer de vous, la coupe est pleine. Le CA du CNRS qui doit statuer sur la future organisation du CNRS aura lieu le 19 juin. Mais, sans attendre que cette instance légitime se soit réunie, la ministre de la recherche, Valérie Pécresse, vient de donner les conclusions : le CNRS sera découpé en 8 instituts, les sciences de la vie disparaitront, les SHS seront réduites aux secteurs jugés importants (utiles) par les décideurs ministériels.

Vous les chercheurs hors-statut, qui accumulez les CDDs, vous vous dites peut-être que cela ne vous concerne pas. Ce qui vous préoccupe, à juste titre, c’est de savoir quel contrat vous permettra de travailler dans un mois, dans un an. On peut fort bien comprendre que vous ayez les yeux rivés sur cet horizon proche et angoissant. Mais vous devez regarder plus loin. Si le gouvernement veut mettre tous les moyens financiers aux mains d’agences comme l’ANR ou les Instituts Inserm, en cassant les organismes de recherche existants, c’est parce pour lui, la recherche doit désormais se faire à plus bas coût, avec un très petit nombre de personnels statutaires bien payés, et une armée de CDDs mal payés. Les attaques contre le service public, la casse du CNRS, ce sont pour vous, à terme, des emplois statutaires qui disparaissent. Si vous en avez assez de n’avoir comme perspective que l’enchaînement des CDDs, et votre enchaînement à ce système, avec les autres scentifiques, dites : ça suffit !

Vous les ITA, vous représentez la mémoire des laboratoires, vous avez des savoir-faire précieux pour le travail scientifique, son apprentissage par les jeunes, le développement de nouveaux outils. Depuis des années, vous voyez le nombre de vos postes diminuer, vos carrières bloquées ; cette absence de perspective est cruellement démobilisatrice pour nombre d’entre vous. Les attaques contre le service public, la casse du CNRS, c’est la certitude que la situation va encore s’aggraver, pour vous.

Vous les jeunes récemment recrutés, vous avez vu dans l’ANR un instrument de libération de vos talents, la perspective de pouvoir développer vos propres projets en vous libérant de la tutelle de directeurs de laboratoires parfois mandarinaux. Dans ce contexte, pour vous, le CNRS peut bien mourir ? Avez-vous oublié que vous-même, pour décrocher votre poste, vous avez bénéficié d’un environnement porteur, de laboratoires structurés avec des moyens de travail (y compris pour des projets risqués qu’on vous laissait tenter), avec des équipes de chercheurs et d’ITA qui ont contribué à votre formation ? Tout cela risque d’exploser et vous pensez vraiment que cela serait sans conséquences pour vous ? Les attaques contre le service public, la casse du CNRS, si cela se fait vraiment, un pouvoir politique qui se moque ainsi des scientifiques vous en fera rapidement payer le prix, à vous aussi.

Vous les responsables de projet, d’équipe, de laboratoire, dans un contexte extrêmement difficile, vous vous êtes concentrés sur votre responsabilité première consistant à trouver des fonds pour pouvoir continuer à travailler. Vous avez donc tâché d’identifier les réseaux où se prennent les décisions, vous avez essayé de savoir avant les autres si un appel d’offre allait être lancé, et cela vous a beaucoup occupés. Et le sort des post-docs ou la découpe du CNRS vous sont apparus secondaires, d’autant plus que vous n’aviez pas de moyens évidents d’agir dessus. Certains d’entre vous ont même eu la naïveté politique étonnante d’écrire que le découpage du CNRS en instituts indépendants, ce pourrait être une bonne chose, pourvu que cela renforce la cohésion du CNRS, alors même qu’il n’était guère difficile de voir que l’objectif de ce découpage était sa destruction.

Vous, les enseignants-chercheurs, avec des moyens de travail réduits, avec l’obligation que vous avez de ne consacrer qu’une petite partie de votre temps à la recherche, vous vous sentez peu concernés par ce qui se passe au CNRS. Ce serait dommage de considérer que vos collègues du CNRS ont des problèmes de riches. La casse du CNRS, c’est la fin des UMR, c’est à dire la fin d’un système équilibré, sur deux jambes, avec un ancrage universitaire local, et un ancrage national et international par le CNRS. Dans les négociations que vous devrez nécessairement avoir avec les pouvoirs politique et économique, la fin du CNRS et des UMR vous affiblira considérablement, et l’autonomie des universités se réduira à une autonomie de gestion de ressources essentiellement contractuelles. Mais ne comptez pas sur l’autonomie pédagogique et scientifique : cela sera décidé au niveau du ministère et de l’ANR.

Vous, les scientifiques qui avez accepté des responsabilités à tous les niveaux dans le système ESR, des plus modestes aux plus importantes, vous êtes concernés aussi par le mépris avec lequel le pouvoir politique traite la communauté scientifique. Lorsque l’on voit que ceux qui nous gouvernent nous méprisent, nous avons la possibilité de dire que les bornes sont passées. La conclusion à en tirer est simple : on présente sa démission.

Tous ces problèmes quotidiens rencontrés par l’ensemble de notre communauté, apparemment différents, sont liés les uns aux autres. Vous êtes tous concernés par les attaques contre les services publics, par la casse du CNRS. Scientifiques, c’est le moment de dire : ça suffit. Les "réformes" en cours vont casser un système imparfait mais néanmoins reconnu au niveau international. Les universités n’y gagneront ni autonomie scientifique et pédagogique, ni possibilité d’ouvrir l’accès pour les catégories sociales défavorisées à un enseignement supérieur de qualité améliorée. La recherche sera progressivement stérilisée par son confinement à quelques secteurs jugés "utiles". L’indépendance des expertises scientifiques indispensables à la société sera de plus en plus un leurre. Nous qui pouvons prévoir ces risques, nous avons le devoir, vis-à-vis de la société, de tirer la sonnette d’alarme et de dire : ça suffit !

Le prochain rendez-vous pour le clamer, et dire que vous aimez le métier que vous faites déjà, ou auquel vous aspirez, ce prochain rendez-vous est le 27 mai, pour l’Academic Pride – la marche de tous les savoirs. Il y en aura d’autres ensuite. Scientifiques, ouvrez les yeux !