L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Les archives / Archives 2004 / Tribunes et contributions (archives 2004) / Lettre à mon député en réponse à la lettre de Madame la Ministre de la Recherche

Lettre à mon député en réponse à la lettre de Madame la Ministre de la Recherche

le 27 janvier 2004

Monsieur le Député,
en tant que responsable d’une unité de recherche mixte CNRS-Muséum, j’ai eu hier soir et ce matin à faire parvenir la mettre de Madame la Ministre de la Recherche aux scientifiques qui travaillent sous ma responsabilité. Vous connaissez sans doute cette lettre. J’ai fait mon devoir en la faisant connaître. Je ne peux toutefois m’empêcher de remarquer que cette explication personnalisée arrive à un bien mauvais moment : en ce début d’année, alors que nous découvrons dans vos courriers et ailleurs, que nos unités vont avoir encore moins de moyens en fonctionnement, en personnel, en équipement. Nous savons tous que les propos rassurant de Madame le Ministre sont en décalage avec la réalité que nous vivons chaque jour. Songez que j’assure la direction d’une unité de 27 personnes et la vice-présidence du conseil scientifique du Muséum sans disposer du moindre secrétariat. Songez que les moyens manquent pour remplacer le seul ingénieur attribué à cette unité, actuellement en congé pour six mois ; et que je viens d’apprendre que nous n’aurions aucun recrutement d’ITA en 2004. La liste pourrait être facilement allongée. Je me tiens à votre disposition pour vous en dire plus.
J’ajoute, à toutes fins utiles, que l’unité que j’anime ne fait pas partie de celles qui sont jugées comme peu performantes par la communauté internationale pou par ses pairs : je viens de bénéficier d’une reconnaissance importante en me voyant attribué la médaille d’argent du CNRS, notre unité publie dans Nature et représente sans doute le plus important pôle mondial pour notre microdiscipline.
Si le devoir m’imposait de transmettre la lettre de Madame la Ministre à mes collègues, il m’impose aussi, par respect pour ma mission, de vous informer de cette situation. Il m’imposait aussi de signer la pétition dont la presse s’est faite l’écho la semaine dernière. La situation est si grave, que ce n’est pas à la légère que je me suis engagé à démissionner de mes fonction avec mes collègues, si des décisions très concrètes et très immédiates n’étaient pas prises au plus haut niveau, pour la recherche fondamentale. 3% du PIB , c’est effectivement ce que nous réclamons depuis longtemps, mais si rien n’est fait maintenant, cette année, je redoute que, du moins dans certains secteurs comme le nôtre, l’appareil de recherche ne soit plus même en mesure, en 2010, d’utiliser ces 3% ! A mon sens, les propos de nos tutelle ne seront rassurants que lorsqu’ils proposeront un collectif budgétaire permettant, en 2004, de rétablir une situation de recrutement et de fonctionnement acceptable.
. Très respectueusement,
Jean-Denis VIGNE
Directeur de Recherche au CNRS
Directeur de l’UMR 5197, Archéozoologie
Vice-président du Conseil scientifique du Muséum national d’Histoire naturelle
Département Ecologie et gestion de la biodiversité