L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Pognon contre suppressions d’emplois : l’odieux marché proposé par Pécresse !

Pognon contre suppressions d’emplois : l’odieux marché proposé par Pécresse !

Compte-rendu SUD-Recherche-EPST de la rencontre syndicats / Pécresse du 18 sept

le 21 septembre 2008

Le 18 septembre à 17h, les organisations syndicales représentatives des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche étaient invitées par la ministre V. Pécresse (VP) à "un temps de rencontre" au sujet des propositions contenues dans les rapports Schwartz et Hoffmann, respectivement dédiés à une "réflexion sur l’avenir des personnels de l’Enseignement supérieur" et à "l’attractivité des carrières de la recherche". Qu’elles soient allées ou pas (comme nous) en discuter avec le Directeur de cabinet de V. Pécresse, un certain nombre d’organisations syndicales avaient clairement annoncé auparavant leur refus de discuter sur la base de ces propositions destructrices des statuts des personnels, en plus dans un contexte de suppressions d’emplois annoncées.
A la suite du discours introductif de V. Pécresse qui a confirmé et détaillé les suppressions d’emplois prévues au budget 2009, ces organisations (CGT, FSU, FO, Solidaires) se sont donc retrouvées pour faire une déclaration commune (cf au verso du compte-rendu joint) et quitter la salle. Elles ont rejoint les personnels et étudiants rassemblés devant le ministère qui les attendaient impatiemment pour leur en faire le désolant compte-rendu.
Quant aux organisations syndicales (CFDT, CFTC, UNSA) qui ont choisi de rester pour poursuivre la discussion avec V. Pécresse malgré le cadre de discussion imposé, c’est certes de leur responsabilité, mais outre que c’est dommageable pour l’unité d’action, on a du mal à comprendre ce qu’elles peuvent bien encore espérer de positif pour les personnels dans ces conditions.

Voir ci-joint notre compte-rendu de la rencontre avec Pécresse avec le texte de la déclaration commune des syndicats de la CGT, de la FSU, de FO et de Solidaires.