L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Comités loc. et transv. / Nantes / Motion des membres du Centre Nantais de Sociologie adoptée le 20 novembre

Motion des membres du Centre Nantais de Sociologie adoptée le 20 novembre

Par Julien Brossard, le 23 novembre 2008

Motion des membres du Centre Nantais de Sociologie adoptée le 20 novembre

Pour une défense résolue de la recherche, de l’enseignement et du statut des enseignants-chercheurs

Nous, enseignants-chercheurs et doctorants membres du Centre Nantais de sociologie (CENS) réunis en assemblée générale le jeudi 20 novembre 2008, nous déclarons :

*Contre* le démantèlement des statuts enseignants par les nouvelles mesures projetées ou déjà à l’oeuvre (modulation des services, nouvelles missions, chaires d’excellence, etc.).

*Contre* le mépris des spécificités disciplinaires qui conduit à homogénéiser abusivement les critères d’évaluation de l’activité scientifique (normes bibliométiques, format et durée des thèses, exigence de portée internationale des travaux, etc.).

*Contre* les suppressions de postes statutaires et le renforcement de la précarité dans les métiers de l’enseignement et de la recherche et contre l’invention de nouvelles catégories de contractuels.

*Contre* la mise en concurrence généralisée entre enseignants-chercheurs, entre composantes, entre laboratoires et entre universités.

*Contre* la prééminence des critères budgétaires et comptables dans l’organisation de la recherche et de l’enseignement.

*Contre* la vision utilitariste des sciences humaines et sociales et leur disparition programmée tant dans le supérieur que dans le secondaire.

Mais

*Pour* un moratoire immédiat des réformes en cours qu’elles concernent les statuts ou encore la « mastérisation » dans l’urgence de la formation des enseignants du secondaire.

*Pour* un financement public et pérenne des équipes de recherche, des laboratoires et des universités propre à limiter la course permanente aux contrats et aux appels d’offre.

*Pour* une véritable autonomie scientifique et pédagogique de la recherche et de l’enseignement vis-à-vis des pouvoirs politiques et économiques.

*Pour* un financement par étudiant équivalent entre universités, classes préparatoires et grandes écoles.

*Pour* un plan pluriannuel de création d’emplois statutaires de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, de techniciens et de personnels administratifs.

Nous sommes convaincus que personne ne gagnera individuellement dans ce nouveau jeu de concurrence et de compétition généralisée. Nous invitons nos collègues à se réunir pour débattre collectivement de toutes les réformes en cours et pour envisager sérieusement leurs conséquences inévitables.

Face à l’appauvrissement du service public d’éducation de la maternelle à l’université, dont la conséquence directe sera un nouveau creusement des inégalités, nous affirmons notre solidarité avec tous nos collègues en lutte et les rejoignons dans leurs protestations.

Nous appelons nos représentants élus des trois conseils de l’université de Nantes issus de l’intersyndicale à organiser au plus tôt les débats nécessaires à l’élargissement de la mobilisation.

Motion adoptée à l’unanimité