L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Compte-rendu des manifestations Enseignement supérieur-Rechercheen France le 10 février

Compte-rendu des manifestations Enseignement supérieur-Rechercheen France le 10 février

Par Bérangère Dupont, le 10 février 2009

Envoyez vos informations à contact@sauvonslarecherche.fr



Très grosse journée de manifestation de la recherche et de l’enseignement supérieur, ce mardi 10 février, encore plus imposante que la journée du 5 février.

Au total, entre 50 et 90-100 000 manifestants dans toute la France !

Et en particulier une immense manifestation parisienne qui a rassemblé entre 20 et 45 000 personnes !


Agen

Il y a à Agen des annexes de Bordeaux 3 et de Bordeaux 4 - langues, sciences, droit, et il y a une IUFM. On était 500 manifestants bien bruyants - presque tous des étudiants (deux ou trois enseignants). un sit-in au carrefour central dix minutes.

Aix en Provence

Aix en Provence, qui organise rarement des manifs R & ES a fortement mobilisé le 10 février, puisque les chiffres de la manifestation sont plus importants qu’à Marseille (environ 2000 personnes). La manif est partie vers 14H30 sur le trajet Rectorat - Gare SNCF-Place de la Rotonde - Cours Mirabeau - Place de Verdun - Place Bellegarde - Bd Aristide Briand => Jean Jaurès => cours Sextius => Place de la Rotonde

Il y avait de nombreux étudiants, des personnels du CNRS, et des Facs. Les banderoles étaient nombreuses (Université d’Aix-Marseille, CNRS - Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, IUFM Professeurs des Écoles, Université de Droit, Institut des Études Politiques etc).

Avaient appellé à manifester les organisations suivantes : FSU : SNESUP, SNCS, SNASUB CGT : SNTRS, FERC-Sup, CGT-INRA CFDT : SGEN Recherche EPST, CFDT-INRA FO : SNPREES SOLIDAIRES : SUD Education, SUD-Recherche-EPST, SLR, SLU, UNEF

Le 11 février a lieu à la MMSH une AG des personnels CNRS. Rassemblement à 14 h devant les facultés (lettres et Droit) avenue Robert Schumann.

Avignon

Entre 600 et 800 personnes ont défilé de 14h00 à 16h00. Début de cortège : faculté d’Avignon, site Ste Marthe Fin du cortège : place de l’Horloge, devant la Mairie. Une délégation étudiants, EC Université, INRA Avignon a été reçue par le responsable enseignement de la Mairie (UMP) d’Avignon.

Besançon

Devant la Présidence de l’Université de Franche-Comté (mi-rassemblement, mi-blocage) : 300 personnes, (étudiants et personnels de l’UFC, de l’IUT, étudiants, personnels du primaire) pour empêcher la remontée des maquettes de masters enseignement (opération réussie : le CA a voté la non-remontée). Ensuite cortège de 400 personnes environ jusqu’au rectorat.

Bordeaux

Mardi, les enseignants-chercheurs de l’Université Bordeaux IV ont fait le procès parodique de l’Université devant la mairie de Bordeaux. Vous trouverez le texte du procès sur http://harribey.blogsudouest.com/

La manifestation avait été convoquée tardivement (18heures), afin de permettre à des non-grévistes de s’y joindre. Mais cela a peut-être empêché certains Girondins habitant les environs, et échaudés (si l’on peut dire) par deux tempêtes successives et les abats d’eau (comme on dit ici pour averses) de la journée, de venir. Néanmoins il y a eu 2500 (selon la police) à 3000 manifestants, qui ont manifesté jusque vers 20h30 avec torches électriques. Grosse majorité d’étudiants (facultés et IUT), mais nombre d’enseignants-chercheurs aussi. Quelques professeurs du secondaire aussi, en grève contre des suppressions de poste. Présence des chercheurs et ITA-EPST aussi, en nombre moindre. La manifestation avait été précédée, comme les jours précédents, d’initiatives universitaires hors les murs (cours faits sur les places publiques ou dans le tramway) et par le "procès de l’université" fait devant la Mairie par des professeurs en toges. Assez bonne couverture presse.

Caen

Environ 50 personnes, essentiellement des enseignants -chercheurs et des BIATOS, sont parties vers 14h du campus 2 (sciences et technologies, au nord de la ville) pour rejoindre la statue du Phénix sur le campus 1 (Sciences Humaines, Droit, Biol,... ), à travers des quartiers où nous avons commencé à distribuer des tracts à la population. Au phénix, par un prompt renfort, un cortège de 400 à 500 personnes (350 d’après les RG), moitié étudiants, moitiés personnels de l’université est parti en direction de la préfecture dans un parcours inhabituel, pour être vu d’autres quartiers de la ville. Distribution de tracts, bonne ambiance. Mais les slogans proposés n’ont pas été repris par le cortège. A la préfecture nous avions demandé (tardivement) à être reçu par un représentant du préfet. Ils nous ont fait poireauter près d’une demi-heure, alors nous sommes repartis en cortège vers le campus 1, au moment où les portes de la préfecture s’ouvraient enfin. La manifestation s’est dispersée au campus 1. FR3 était là et la manif est passée à la télévision le soir même

Clermont

Le 10 février matin, il y a eu un rassemblement à la fac Gergovia de Clermont-Ferrand, suivi d’une manifestation d’environ 1000 personnes (600 selon la police) tout autour du centre ville, avec de nombreux enseignants-chercheurs des deux Universités, et de nombreux étudiants. Banderolle enseignante "L’Université saigne", banderolle étudiante "Ni spectateurs, ni résignés mais déterminés". Pour la petite histoire D. Cohn-Bendit (qui avait le soir un meeting avec les Verts locaux pour présenter son projet de capitalisme écologique libéral et européen) est venu au rassemblement à la fac où il a défendu les directives européennes "mal appliquées", et aurait bien pris la tête du cortège, ce que n’ont pas souhaité les manifestants. Lors de l’AG de l’après midi, une grève avec occupation de la fac de lettres durant trois jours a été votée, jusqu’aux vacances scolaires. Le jeudi 12 est prévu un enterrement de la fac par les étudiants vêtus de noir. Par ailleurs une soirée d’information et soutien à la Palestine est organisée par l’UNEF et différentes organisations étudiantes, le 12 au soir à la fac de lettres.

Corse

entre 100 et 150 personnes (étudiants et enseignants chercheurs) se sont rassemblées pour manifester devant l’IUFM pendant qu’une délégation était reçue par le recteur de l’académie.

Grenoble

entre 1200 et 2000 manifestants à Grenoble, où les heures de cours à l’université ont été banalisées.

[ <-]

[Le Mans

Retrouver un CR en image sur http://www.univ-lemans.fr/ fcalvay/bling/

Lille

Environ 1400 manifestants à Lille, enseignants et étudiants freezing de la manif

Lyon

A Lyon, grosse mobilisation : 5000 personnes se sont réunies aux Terreaux (estimation de la police, soit le DOUBLE de l’estimation policière pour le 5).

Banderole de tête du cortège : “TOUS ENSEMBLE POUR LE SERVICE PUBLIC D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE”. Le cortège comprenait notamment des délégations de toutes les universités, et des étudiants, notamment des STPAS et de Lyon2. Le cortège est passé devant la poste centrale où ont été postés des courriers à Sarko. Dissolution devant le rectorat.

Couverture media locale impeccable, jusqu’à avoir ce matin la UNE du Progrès (le canard local) : Ce n’est jamais arrivé, même en 2004 !

Le discours aux télés est bien passé sur “le décret c’est l’arbre qui cache la forêt”, histoire de ne PAS se limiter à ce mot d’ordre dans les medias.

Marseille

Ce matin à Marseille : entre 1000 et 1500 personnes sont allées en cortège de la fac St Charles à la poste de la préfecture. La manif était moins nombreuse que jeudi dernier car nos collègues aixois manifestaient de leur côté à Aix. Cortège très vivant avec près de 50% d’étudiants et quelques lycéens. Arrivés à la poste de la préfecture, nous avons rempli 2 gros sacs postaux d’enveloppes à destination de l’Elysée en criant "Sarkozy évalue nos publis !" et "Sarkozy, Evalue !, les chercheurs sont dans la rue !". Bonne couverture médiatique ((FR2, FR3, LCM pour les télés, plusieurs radios et journaux) et beaucoup d’insistance sur le démantèlement du CNRS !

  • Vous trouverez sur http://jt.france2.fr/13h/ (à la 21e minute) 2 reportages :
    - le 1er sur la manif de ce jour à Marseille, malheureusement sans image de notre dépôt de publis à la Poste
    - suivi de l’itw du Pdt de l’Univ de Saint Denis
    - et un reportage sur la ’mastérisation’ de la formation des enseignants du secondaire
  • enfin, sur F3 national (http://jt.france3.fr/1213/), après 10 minutes, un reportage avec qq images de Marseille et une itw d’A Kahn

Montpellier

Environ 3000 personnes ont défilé à Montpellier (le Midi-libre annonce même sur sa page web 3500 ! -cf photo jointe). Beaucoup d’étudiants étaient présents. Un dépôt d’articles et autres publications a été organisé devant la préfecture, en réponse aux insultes de Sarkozy. Un reportage sur les manifs de Perpignan et de Montpellier a été diffusé au cours des infos locales sur France 3 Languedoc-Roussillon (19/20) : ici

Nice

Voici un petit point de la manifestation à Nice. C’est sous un soleil radieux que nous fûmes 700 selon la police - 1200 selon les syndicats à manifester. Le cortège s’est élancé à 14h environ du Parc de Valrose pour atteindre la Place Masséna vers 16h-16h30. L’ambiance était joyeuse et aucun incident n’a été signalé. Le cortège était principalement constitué de personnels universitaires et d’étudiants mais il faut tout de même noter la participation de l’IUFM et de quelques membres d’EPST (CNRS, INRA, etc ...).

Orléans

Il n’y avait pas d’action spécifique à Orléans, les personnels et étudiants de la recherche et de l’enseignement supérieur s’étant joints au cortège parisien.

Paris

Enorme, du jamais vu, historique …. On ne sait quel superlatif employer pour la manifestation recherche et enseignement supérieur du 10 à Paris qui comptait plusieurs dizaines de milliers de personnes.

De nombreux cars avaient amené les manifestants non-parisiens au quartier Latin. Le cortège est parti après 14h de la Place Edmond Rostand (niveau Luxembourg sur le boulevard Saint-Michel) en direction de l’Assemblée Nationale par les boulevards Saint-Michel, du Montparnasse et des Invalides.

En tête, les syndicats et associations organisatrices de cette manifestation, ainsi que de celle du 5 février (FSU, Snesup, CFDT recherche, UNEF, SNTRS CGT, SLU, SLR...) Derrière, beaucoup de délégations venues des villes académiques de toute la France, parmi lesquelles : Aix-Marseille, Angers, Avignon, Caen, Corse, Lannion, Lille, Montpellier Nancy, Nice Orléans, Quimper, Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg, Tours… Ensuite et au vu des différentes banderoles, la très forte mobilisation concerne toutes les universités, un très grand nombre de laboratoires de recherche (Cochin, Jussieu, Tolbiac, Pitié-salpêtrière, Gif, Orsay, Créteil, Meudon, Versailles …), les IUT, les IUFM … de toute la région parisienne. Dans le cortège, de nombreuses banderoles SLR.

Beaucoup d’éudiants des facs et IUT étaient présents en grand nombre, mettant une sacrée ambiance …. chansons, siffles, tambours, sirènes, monômes, torches, blouses blanches …. Les étudiants d’arts plastiques notamment ont eu un grand succès. Les scientifiques du LESIA (astrophysique , Observatoire de Paris-Meudon) défilent en arborant une très longue liste de titres des publications du laboratoire faisant un centaine de mèttres. Une réponse directe au discours insultant de N. Sarkozy le 22 janvier !

Parmi les slogans sur les banderoles, sur des pannonceaux ou encore directement collés sur les pardessus : « Non à l’Université bling bling », « le gouvernement a pris la route à contre-sciences », « Non aux suppressions d’emplois, défendons l’Université », « Quel est le féminin savant de « Cass’toi, pauv’c.. » ? », « Super Sarko pense pour nous », « Enseigner, un métier qui s’apprend », « Université Terminus, tout le monde descend », « Pécresse démission », « Avec Pécresse, on régresse », « Décret Hors-sujet », « la tempête, c’est sur l’Université ! » … et des centaines d’autres !

On aura pu voir un déploiement de forces de police rarement observé et des mesures de sécurité incroyables lors de la dispersion … qui a eu lieu bien avant l’assemblée Nationale.

Le 10 février 2009, un très grand cru des manifestations recherche et enseignement supérieur ! La colère monte de tous côtés, de tous les milieux, y compris ceux qui se mobilisent rarement. La ministre aurait tort de s’entêter …

Quelques liens photos : 1,

(envoyer de nouveaux commentaires et liens photos à "contact@sauvonslarecherche.fr")

Pau

700 personnes en AG à 13h30. Le matin, trois forums avaient réfléchi sur les "réformes" Darcos-Pécresse et sur celles qui sont nécessaires.

L’AG s’est prolongée très longtemps pour déboucher sur une petite manif 150, un lancer de godasse devant la préfecture ,et une irruption dans la Mairie où les manifestants ont été reçus par la député-maire socialiste qui a manifesté son soutien.Les élus communistes ainsi que le maire de Billère se sont prononcés pour le retrait etc

L’AG a voté à l’unanimité (moins trois abstentions) un appel aux syndicats et associations pour qu’ils n’aillent pas à Canossa chez Pécresse demain,et que le-les retraits soient le préalable à toute négociation.Les étudiants de l’IUFM, en colère, étaient venus nombreux.

Le Président de l’Université a participé à l’AG.

Poitiers

Grosses AG sur 2 sites avec informations et votes des résolutions qui seront présentées demain à la coordination nationale environ 2000 manifestants avec beaucoup d’étudiants Manifestation Du campus à la préfecture avec un stop à la grande poste pour déposer les envois au président de la république Délégation mixte reçue à la préfecture pou dépôt des motions.

Rennes

2000 manifestants à Rennes. Pas mal de journalistes locaux étaient présents. Nous avons collecté et posté les lettres pour évaluation au Président Sarkozy, opération qui a été filmée par France 3.

Roscoff

- 120 chercheurs défilent et postent leurs travaux au Président
- Plus de 120 chercheurs de la station biologique de Roscoff ont manifesté ce matin dans le centre-ville. A partir de 11 h 15, ils avaient rendez-vous devant la station pour aller envoyer à la Poste, tous ensemble, des copies de leurs travaux au président de la République. Les chercheurs souhaitaient ainsi dénoncer les propos humiliants tenus par Nicolas Sarkozy le 22 janvier dernier sur le travail des chercheurs français et s’associer ainsi au mouvement national.

Strasbourg

2500 à 3000 manifestants de l’université à la place Kleber

Toulouse

Près de 8000 manifestants à Toulouse

Tours

La télévision régionale (FR3 Centre) a annoncé le chiffre de 600 personnes dans la manifestation d’hier à Tours. La manifestation est partie à 14 h 15 de la place Jean-Jaurès, avec un faible contingent professoral mais un parterre étudiant nourri. Les revendications scandées et affichées sur les banderoles portaient essentiellement sur la mastérisation des concours et le statut des enseignants-chercheurs (sujet à propos duquel la doyenne de la faculté de droit de Tours était interviewée par la télévision locale). Selon mes estimations, la manifestation a regroupé plusieurs centaines de manifestants à son apogée (photos ci-jointes). Les syndicats suivants étaient représentés : Sgen-Cfdt, Sud-Solidaires, Unef.

Le cortège s’est dirigé vers la préfecture puis vers l’université François-Rabelais (site Tanneurs) en grève : le mot d’ordre semble assez suivi puisqu’aucun cours n’avait lieu à ce moment. Une assemblée générale devait s’y tenir à 17 h suivie d’une autre demain à 11 h.

Il est à déplorer que le démantèlement du CNRS n’ait pas eu plus d’écho à Tours, ce qui donne raison aux membres de "Sauvons la recherche" qui appellent à une revendication commune la plus large possible autour des 3 points non négociables : refus de la mastérisation des concours, rejet du démantèlement du CNRS et des évaluations sans fondement (AERES, bibliométrie), abandon du nouveau statut des enseignants-chercheurs (outre l’abrogation de la loi par le Parlement, le Président de la République peut fort bien ne pas promulguer de décret...). En résumé, la manifestation tourangelle, quoiqu’axée sur des mots d’ordre trop partiels, a fédéré un public plus large qu’à l’ordinaire, plutôt jeune (étudiants d’IUT, de licence et de M1, des IUFM) parsemé d’un corps professoral plutôt âgé et d’une large partie des personnels BIATOSS.

Outre-mer

  • La Réunion

informations disponibles sur un site ici et ici L’université du Tampon (Sud de la Réunion) est en grève et mène des actions pour communiquer avec la population étudiante, peu informée une centaine de manifestants sur le parvis de l’hotel de ville, (le nord de l’île s’est mobilisé plus fortement) une délégation a pu parler au député maire.

  • Martinique

A Fort-de-France, les enseignants chercheurs, personnels BIATOSS et étudiants du pôle Martinique de l’UAG ont été rejoints au stade Louis Achille à 8h45 par une importante délégation de l’IUFM d’entamer une marche en direction du centre de Fort-de-France et de rejoindre à la maison des syndicats les cortèges du collectif du 5 février. La marche, puis le défilé, ont duré jusque 13h30 environ, soit plus de 4h30 de manifestation dans les rues fayolaises... Au total plusieurs milliers de manifestants ont défilé à Fort de France. Le pôle Guyane s’est réuni en AG (étudiants, enseignants chercheurs et IUFM) et a voté une motion. Les activités ont été suspendues sur le site. Les campus de Guadeloupe et de Martinique étaient fermés par circulaire du président de l’université du lundi 9 en milieu de journée au mardi 10 inclus.

Il y avait encore plus d’une dizaine de manifestations dans différentes villes de France et notamment à

Angers, Caen, Dijon, Limoges, Le Mans, Metz, Nancy, littoral du Nord de la France, Rouen, Toulon