L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Comités loc. et transv. / Ile de France / Paris centre / Motion de l’AG de l’IHMC (l’UMR 8066, CNRS-ENS) (16 février 2009)

Motion de l’AG de l’IHMC (l’UMR 8066, CNRS-ENS) (16 février 2009)

Par Julien Brossard, le 18 février 2009

PRISE DE POSITION DE L’INSTITUT d’HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE (Unité mixte de recherche 8066 CNRS-Ecole normale supérieure)

Les membres de l’IHMC réunis en assemblée générale le 16 février 2009, constatant que les mesures de réforme mises en œuvre depuis plusieurs années, notamment dans le cadre de la loi LRU, conduisent à une destructuration en profondeur de la recherche publique et de l’enseignement supérieur et compromettent gravement l’avenir même de la recherche

  • Expriment leur désaccord avec le démantèlement annoncé du CNRS et avec la diminution des postes statutaires de chercheurs et d’ITA,
  • S’élèvent contre la stigmatisation des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche par le président de la République,
  • Dénoncent les projets de décrets sur le statut des enseignants-chercheurs et sur la mise en place du contrat doctoral
  • Expriment leur désaccord avec les dispositions nouvelles concernant les modalités de recrutement des enseignants, dispositions qui, en imposant aux étudiants un choix précoce, risquent de les détourner massivement de la préparation à la recherche.

Pour toutes ces raisons, s’associant au mouvement des enseignants-chercheurs de l’Université et des personnels de la recherche, et en étroite collaboration avec le département d’histoire de l’ENS, les membres de l’IHMC rejoignent unanimement le mouvement des « laboratoires en lutte », appellent à la généralisation du mouvement et soutiennent la motion votée par l’Assemblée Générale réunie le 12 février 2008 au siège du CNRS.

Paris, le 16 février 2009