L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Communiqué de presse Nouveaux Entrants du CNRS, le 9 mars

Communiqué de presse Nouveaux Entrants du CNRS, le 9 mars

le 9 mars 2009

La journée d’intégration des recrutés au CNRS en 2008 s’est tenue le 9 Mars 2009 à l’Hôtel Mariott, à Paris. Cet événement organisé par la direction du CNRS a rassemblé environ 800 chercheurs, ingénieurs, personnels techniques et administratifs. La journée a été marquée par des manifestations d’interrogation, d’inquiétude et de colère de la part des nouveaux recrutés. L’introduction d’Arnold Migus, directeur général du CNRS, s’est conclue par une levée de cartons rouges qui a suscité des prises de parole sur les orientations politiques en matière de recherche. Une lettre ouverte adressée à la direction, préparée en amont par le Collectif des Nouveaux Entrants sur un forum de discussions ayant rassemblé 200 des recrutés invités, a été lue à la tribune. Cette lecture a reçu le soutien de Philippe Walter, président de la Conférence des Présidents de Section du Comité National, et conduit à l’organisation d’une assemblée générale en début d’après-midi par le Collectif. En conséquence, un débat contradictoire a pris le pas sur l’intervention programmée du secrétaire général Alain Resplandy-Bernard. Ce débat a été alimenté par des interventions du Collectif et, sur son invitation, par la prise de parole de deux membres de SLR : Georges Debrégeas a rappelé l’historique des réformes et des mobilisations, et Cyril Capelain a fait le point sur la situation des chercheurs précaires. Se bornant à des descriptions comptables, Alain Resplandy-Bernard n’a visiblement pas convaincu l’auditoire pour ce qui concerne les évolutions politiques futures du CNRS : le texte lu dans la matinée a en effet reçu l’approbation de 81% des 686 votes exprimés.

(557 oui, 19 non, 110 abstentions)