L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Motion du Conseil d’administration de l’Université de Nantes du 30 janvier 2004

Motion du Conseil d’administration de l’Université de Nantes du 30 janvier 2004

Par Bertrand Monthubert, le 31 janvier 2004

Motion adoptée à l’unanimité, 49 pour, 0 contre, 0 abstention

La recherche, qui génère les savoirs fondamentaux, est une mission essentielle de l’Université, garante de la qualité des formations qu’elle dispense. Le constat est clair : la recherche est aujourd’hui en crise en France. La place du chercheur dans la société et la prise en compte du rôle de la recherche comme moteur de développement économique sont sous-estimées ou même contestées. La baisse très significative des moyens accordés à la recherche vient aggraver cette situation et l’année 2004 s’ouvre dans des conditions particulièrement difficiles. De telles conditions handicapent les capacités d’innovation de la recherche et le développement de la société ; elles risquent en outre d’appauvrir les recrutements futurs d’enseignants-chercheurs et de chercheurs.

Le conseil d’administration de l’Université de Nantes, réuni le 30 janvier 2004 en assemblée plénière, tient à manifester son entière solidarité avec le collectif " Sauvons la recherche ". Face à la stagnation ou la régression des postes et ressources, le conseil d’administration réclame solennellement la mise en place d’un débat national permettant le retour à une politique de soutien à la recherche publique et à l’université française, adossée à un calendrier précis.

Notre communauté tient de plus à exprimer sa vive inquiétude sur les conséquences irréversibles pour le maintien de la qualité de la recherche française et la capacité d’innovation de notre pays.