L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Tribunes et Contributions / Subprimes étudiants aux USA.

Subprimes étudiants aux USA.

le 31 mars 2009

Une pétition ’Reduce the Rate on Student Loans to 1%’ http://reducetherate.org/node/3475?gids=3475 vient d’être lancée. Cette pétition demande des taux d’intérêt à 1% pour les emprunts étudiants, l’extension à 18 mois de la ’période de grâce’ après l’obtention du diplôme, la suppression des pénalités d’accès aux études pour cause de défaut de paiement, l’augmentation des bourses ’Pell Grants’.

Y aurait-il des dysfonctionnements dans le fameux modèle universitaire anglo-saxon ?

Les droits d’inscriptions ont augmenté de 439% de 1982 à 2007 pour atteindre des sommes faramineuses (40 000 $ pour une année à Harvard) et les études deviennent inaccessibles à une partie de plus en plus grande de la population (aux USA seulement 34% des jeunes font des études supérieures, loin derrière la Corée, 53%, la Hongrie, la Belgique, l’Irlande ou la Pologne !) Il a été calculé que le coût des études supérieures correspond à 25% des ressources d’une famille des classes moyennes, à 40% pour les plus modestes. Cette situation conduit la plus part des étudiants à prendre des emprunts. Les taux de ces emprunts sont de 4 à 8%, voir de 20% s’ils se font à travers des cartes de crédit.

Ainsi, les jeunes abordent leur carrière et leur vie familiale avec des dettes (la dette moyenne est de 42 000$ pour un ’graduate’). S’ils ont des difficultés à les rembourser ils ne pourront prendre de nouveaux emprunts pour acheter une voiture, une maison qu’à des taux très élevés.

Le recouvrement des dettes étudiantes est devenu une activité lucrative en soi (le marché de la dette est de 550 milliards de dollars), et la société Sallie Mae en a fait sa spécialité : les revenus de ses dirigeants s’en sont resentis avantageusement. Cela a commencé avec le vote en 1997 de l’amendement au Higher Education Act qui autorise le recours à des méthodes brutales (pénalités élevées, non protection par la règlementation des faillites, impossibilité de refinancement, mesures punitives comme la retenue de salaires, la rétention de certification professionnelle ou le licenciement). Certains étudiants ont été conduits au suicide comme le montre ce témoignage http://www.studentloanjustice.org/Maryland.htm Vous trouverez plus de détails sur ce site http://www.studentloanjustice.org/problem.htm