L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Accès thématique / Communiqués de SLR / SLR dénonce l’atteinte à la liberté intellectuelle dont est victime le chercheur du CNRS Vincent Geisser

SLR dénonce l’atteinte à la liberté intellectuelle dont est victime le chercheur du CNRS Vincent Geisser

le 12 juin 2009

Sauvons La Recherche dénonce le harcèlement dont est victime le chercheur du CNRS Vincent Geisser du fait de ses recherches et qui s’est traduit dernièrement par la procédure disciplinaire dont il est la cible. Il s’associe au communiqué commun AFS, ASES, AECSP , AFSP reproduit ci-dessous.

(Plus d’infos sur la page du collectif pour la sauvegarde de la liberté intellectuelle)


Communiqué commun de l’AFS, l’ASES, l’AECSP et de l’AFSP

Un chercheur du CNRS, Vincent Geisser, (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, IREMAM, Aix-en Provence) fait actuellement l’objet d’une procédure disciplinaire pour avoir protesté contre l’attitude d’un représentant du Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité du ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche auprès du CNRS.

Si nous sommes persuadés que la commission paritaire traitera comme il se doit un dossier disciplinaire vide, cette mise en cause ne laisse pas d’inquiéter nos communautés scientifiques. Il n’est pas admissible que sous des prétextes de sécurité, et dans un cadre qui nous semble déborder largement le champ des missions dévolues au fonctionnaire de défense, ce dernier s’immisce dans les recherches de Vincent Geisser, mais visiblement aussi dans celles d’autres chercheurs, en particulier ceux qui travaillent sur le Moyen-Orient ou d’autres espaces géopolitiques jugés sensibles, au nom de considérations d’ailleurs bien discutables. Il en va de l’indépendance et donc de la pérennité de la recherche, mais aussi des libertés démocratiques. Et l’on rappellera au demeurant que c’est bien la vocation même des sciences sociales que de saisir des sujets qui font débat dans nos sociétés et de proposer sur ceux-ci des éclairages multiples et non la confirmation de présupposés, fussent-ils dominants. Nous demandons qu’il soit mis fin à ce harcèlement sécuritaire dont est l’objet Vincent Geisser et d’autres chercheurs. Nous appelons les membres de nos communautés à se mobiliser afin de veiller à ce qu’il en soit bien ainsi. Philippe Cibois, Président de l’Association Française de Sociologie (AFS) Frédéric Neyrat, Président de l’Association des Sociologues Enseignants du Supérieur (ASES) Frédérique Matonti, Présidente de l’Association des Enseignants et Chercheurs en Science Politique (AECSP) Yves Déloye, Secrétaire Général de l’Association Française de Science Politique (AFSP)