L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (1)
Accueil / Université de printemps 2011 / L’UNIVERSITE de SLR les 5 et 6 février 2010

L’UNIVERSITE de SLR les 5 et 6 février 2010

UNIVERSITE D’AUTOMNE SLR en hiver : il n’y a plus de saison !

le 10 octobre 2009

les mp3 sont disponibles en téléchargement :

MP3 - 254 Mo
MP3 - 201 Mo
MP3 - 168.9 Mo
MP3 - 149 Mo
MP3 - 124.6 Mo
MP3 - 118.3 Mo

Des photos d’Agnès Anne : www.lemp7.cnrs.fr

La 5ème Université d’automne de Sauvons La Recherche se tiendra à Paris, vendredi 5 et samedi 6 février 2010.

L’université de Sauvons la recherche se faisait jusqu’à présent en automne et en Midi-Pyrénées. Cette année, pour sa 5ème édition, notre colloque annuel est en hiver et à Paris ! C’est un lieu de débats et de réflexions qui regroupe des chercheurs et des citoyens de toute la France. Un moment important pour la communauté scientifique.

Entrée LIBRE ET GRATUITE

PDF - 1.1 Mo
Programme à diffuser

A l’Amphi Buffon de l’université Paris 7 (Paris Diderot) sur le site des Grands Moulins :

Plan d’accès : au croisement de la rue Elsa Morante et de la rue Hélène Brion, 75013 PARIS

PDF - 1 Mo
Plan_grands_moulins

Quatre thèmes majeurs seront débattus, en phase avec l’actualité scientifique et politique de notre secteur. Nous aborderons ainsi les questions des liens complexes entre science, innovation et valorisation industrielle. Une autre table-ronde sera consacrée au thème de l’emploi scientifique. A la veille des élections régionales, nous consacrerons une partie de nos travaux à la question du rôle des collectivités territoriales dans l’enseignement supérieur et la recherche. Nous débattrons également de la place de la science dans la société et des relations entre science et pouvoirs.

En espérant vous y retrouver nombreux !


Programme


Vendredi 5 février :

- 9h30 - 12h30 : Aménagement du territoire, recherche et enseignement supérieur

Notre pays compte à peu près autant d’universités, parfois de taille réduite, que de départements. Ce dispositif vise à offrir un accès rapproché à l’enseignement supérieur et à la recherche à tous ses habitants. Considérant à tort ou à raison que la notoriété internationale est indexée sur la taille des établissements, la politique mise en œuvre fait de cette notoriété le principal objectif, et incite aux regroupements d’universités afin d’améliorer leur score à un classement international contesté. Elle revendique aussi explicitement la création de deux catégories d’établissements : universités d’excellence d’un côté, de proximité de l’autre. Le "plan campus" prévoit de porter cet effort sur une dizaine d’universités seulement (destinées en outre à devenir propriétaires de leurs locaux selon la loi LRU), de même que le Grand Emprunt.

Comment les collectivités territoriales doivent-elles réagir face à cette rupture d’égalité décidée par l’Etat ? Est-il souhaitable que les pouvoirs publics abandonnent leur patrimoine immobilier à des institutions qui n’ont pas vocation à le gérer ? Comment offrir de bonnes conditions d’études à la jeunesse de ce pays si le lieu de formation s’éloigne trop du logement parental ? Autant de questions auxquelles il est urgent de réfléchir.

Intervenants : Allain Collé (ex directeur de la politique régionale à l’Inserm et au Ministère de la Recherche), Roger Fougeres (V.P. Recherche de la région Rhône Alpe), Daniel Goldberg (député PS du 93), Marc Lipinski (VP Conseil régional d’Île-de-France), Jean-Baptiste Prévost (président de l’UNEF)... Nous attendons la confirmation d’autres intervenants

-  14h30 - 18h00 : Emploi scientifique en France et en Europe

L’emploi, conséquence et/ou moyen d’une politique économique et sociale ? La mission d’insertion, une adaptation aux fluctuations d’un marché imprévisible ? Recherche : l’emploi statutaire, un frein au dynamisme et/ou une condition de la liberté d’initiative ? La précarité, conséquence de la crise ou moyen de pilotage ? Autour de ces vastes questions, la discussion s’organisera autour de quelques portes d’entrée.

Intervenants : Jean-François Bolzinger (UGICT-CGT), Isabelle Clair (Enquête sur la précarité dans les universités et les organismes de recherche), Julien Hering (collectif Papera), Pierre Larrouturou (Economiste, membre du bureau éxécutif d’Europe Ecologie), Anne Rambach (écrivain scénariste, auteur des Intellos Précaires) et des intervenants européens : Alessandra Ciattini (anthopologue, Université de la Sapienza, association italienne d’enseignants-chercheurs ANDU), Dr Andrew Cumbers (University of Glasgow) pour le Royaume uni, Christian W. Denker pour l’Allemagne etc...


Samedi 6 février :

-  9h30 - 12h30 : Recherche, innovation, industrie, valorisation.

Notre pays consacre à la recherche 2,1% de son PIB, moins que la moyenne de l’OCDE (2,3,) et se caractérise par une forte recherche publique (38% contre 29%, moyenne OCDE. Chiffres de 2006 du Conseil des Prélèvements Obligatoires) sans beaucoup de retombées industrielles. Comment mieux articuler recherche fondamentale et recherche appliquée ? Cette dichotomie même est-elle encore pertinente ? Qu’est-ce qui favorise l’apparition des découvertes et des innovations, quels liens entretiennent ces deux notions ? Faut-il aider les entreprises à monter ou développer leurs propres laboratoires, notamment par l’embauche de jeunes docteurs, ou inciter aux partenariats avec les laboratoires publics ? L’Etat est-il dans son rôle en se dotant d’une politique industrielle ? Le Crédit d’Impôt Recherche, qui n’a cessé d’augmenter en volume, est-il un bon instrument de valorisation ? Questions récurrentes aux réponses controversées.

Intervenants : Bruno Chaudret (DU, Académie des sciences), Luis Miotti (Sur le Crédit d’impôt recherche), Baptiste Voillequin (chef de Projet chez HUTCHINSON/TOTAL). Nous attendons la confirmation d’autres intervenants

-  14h00 - 16h00 : Science et pouvoirs

Les systèmes européens d’enseignement supérieur et de recherche sont depuis le début des années 2000 transformés par des réformes qui se réclament de la notion d’autonomie. C’est entre autres le cas en France avec le Pacte pour la Recherche et la loi du 10 août 2007 intitulée "Libertés et Responsabilités des universités", en Italie avec la réforme "Gelmini", au Danemark avec les lois qui se succèdent depuis 2001 etc. Qu’en est-il réellement de l’indépendance de la recherche et de l’enseignement supérieur dans ces nouveaux cadres ? Celle-ci est-elle assurée par les fonctionnements des nouvelles agences d’évaluation et de financement ? Les appels d’offre sur projets finalisés et à court terme laissent-ils encore une place suffisante à une vraie recherche fondamentale guidée par la curiosité de la connaissance ? L’augmentation des droits d’inscription à l’Université (en particulier en Grande-Bretagne et en Allemagne) et la réorganisation des cursus universitaires permettent-ils une autonomie de la connaissance ? Quelle est maintenant la place du citoyen face à une recherche soumise à un nouveau système de pilotage ? Nous aborderons ces questions dans un cadre européen.

(English version) Science and Powers

Since the early 2000’, European Higher Education and Research have undergone strong reforms which are presented as enhancing their “autonomy”. Some examples (amongst others) are : the « Pact for Research » and the Law « Liberties and Responsabiliies of Universities » in France ; the « Gelmini Law » in Italy ; the reforms applied in Denmark since 2001. What kind of independance of Higher Education and Research do these reforms result in ? Is independance granted by the new funding and assessing agencies ? Do the calls for tender on short-term applied research leave some space for a « blue-sky research » guided by curiosity ? Do the increasing tuition fees (especially in Great-Britain and Germany) and the re-defining of student curricula allow some independance for knowledge ? What is now the role of the citizen when science is submitted to a new type of governance ? These questions will be discussed in a European context

Intervenants : Isabelle Bruno ( Université de Lille II, Sciences politiques, spécialiste de la stratégie de Lisbonne), Yves Langevin (astrophysicien, ancien pdt de la CPCN, CA de Paris 11, DU de l’IAS), Christine Noille-Clauzade (Université de Grenoble III, Littérature française, SLU), Pierre-Henri Gouyon (AgroParisTech et Museum National d’Histoire Naturelle, Sciences Citoyennes) et des intervenants Européens : Birgit Müller (anthropologue, EHESS) pour l’Allemagne, Dr Andrew Cumbers (University of Glasgow, Geographical and Earth Sciences) pour le Royaume Uni...etc...

- 16h00 - 19h00 : Assemblée Générale ordinaire de l’association

Assemblée Générale de SLR