accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Mastérisation : le prix Kafka a trouvé ses lauréats

Mastérisation : le prix Kafka a trouvé ses lauréats

le 15 décembre 2009

On lira ci-dessous pourquoi le projet de mastérisation est perçu comme kafkaien par de nombreux enseignants et étudiants.

Rappelons que cette réforme très controversée fait l’objet ce mardi 15 décembre d’une journée nationale de mobilisation. Elle prévoit de recruter les enseignants au niveau master 2 (bac+5) et de confier la formation aux universités via des masters. Elle prévoit aussi de mettre les enseignants devant une classe immédiatement après le concours, sans l’année de stage pratique à laquelle ils avaient droit auparavant.

Passée experte, sans vergogne aucune, dans l’utilisation de contre-vérités flagrantes, Valérie Pécresse a déclaré ce matin sur France Inter que "Les étudiants seront évidemment beaucoup mieux formés qu’ils ne le sont aujourd’hui" et "ils auront vu ce qu’est la réalité de la classe avant de passer le concours, ce qui est radicalement nouveau". V. Pécresse a dû lire Kafka :

« Alors il arrivait souvent qu’avec un escalier prévu pour la montée on réussisse à monter plus bas qu’on ne serait descendu avec un escalier prévu pour la descente. »

On connaissait l’arithmétique subtile qui entend porter à Bac+5 une formation des enseignants qui l’est déjà, moyennant une année supplémentaire à la charge financière des étudiants et la suppression de l’année de formation en alternance. On savait aussi que Valérie Pécresse escompte de la double soustraction de la qualité théorique et pratique des concours de recrutement une augmentation du niveau de qualification. A ce mode de raisonnement inventif, entériné par les décrets parus en juillet, les orientations présentées mi-novembre par le gouvernement (voir La réforme de la formation et du recrutement des enseignants : document ministériel du 13 novembre 2009 remis aux organisations syndicales et Mastérisation : Note du 19 novembre envoyée par le Ministère de l’Education nationale et le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche au secrétaire général de la FSU) se conforment de façon très rigoureuse.

Puisqu’ils ont d’autres débouchés que l’enseignement, les masters devront ne pas préparer aux concours de recrutement auxquels ils sont supposés former tout en professionnalisant sans professionnaliser. Les stages (loué soit le recteur d’académie discrétionnaire en la matière) seront tout à la fois non obligatoires et « un atout certain pour les épreuves orales d’admission ». Le calendrier n’est pas moins imaginatif quant aux possibilités cérébrales des candidats : après les épreuves écrites d’admissibilité en début de master 2 (5e année), ils se consacreront à préparer les épreuves d’admission placées plusieurs mois plus tard, en même temps qu’ils effectueront 108 heures de stage en pleine responsabilité de classe, et rédigeront un mémoire à haute valeur scientifique. De crainte qu’ils ne s’ennuient, ils sont même invités à passer plusieurs concours différents (le calendrier est expressément prévu à cette fin). De crainte qu’ils n’en sachent trop, les épreuves de connaissance de la matière des futurs professeurs du second degré seront réduites à deux et ne figureront pas à l’oral. Ces orientations ont fait l’objet d’un vote négatif du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER), ainsi que d’un refus catégorique de la Conférence des Directeurs d’IUFM et de la Conférence des Présidents d’Université ( la CPU voit rouge sur la mastérisation).

Les ministères concernés n’en prévoient pas moins la définition début décembre des grands principes qui présideront à l’élaboration des maquettes de masters, et la publication début 2010 des arrêtés régissant les épreuves des concours.

Ils démontrent ainsi une fois encore le sens qu’ils prêtent à l’expression « autonomie des universités », et plus largement l’importance qu’ils accordent à la transmission de la connaissance. A nous de démontrer notre conception de l’une et de l’autre en refusant de collaborer à l’absurde et en particulier d’élaborer les maquettes des futurs masters.

L’association Sauvons la Recherche