L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Comités loc. et transv. / Provence, Alpes, Côte d’Azur (PACA) / Nice / Revue de presse locale / (PCAHebdo) Les chercheurs bloquent l’entrée de Nice

(PCAHebdo) Les chercheurs bloquent l’entrée de Nice

le 6 février 2004

Plus de trois cents chercheurs du département ont manifesté la semaine dernière. D’ordinaire discrets, les chercheurs ont bloqué pendant plus d’une heure la circulation pour protester face au désengagement de l’Etat. Partis de la préfecture, ils ont semé le trouble à l’entrée de Nice. Sortie d’autoroutes bloquées, RN 202 paralysée, Promenade des Anglais bouchée

"Nous avons trois revendications : Plus de postes pour les jeunes chercheurs. 150 postes ont été supprimés, qu’ils soient débloqués. Nous voulons que le gouvernement dégèle les fonds bloqués de 2002 Et pour finir, qu’un collectif budgétaire soit mis en place". Même s’ils ne sont pas encore d’accords sur toutes les revendications, les chercheurs savent leur profession en danger et veulent la sauver, Ils ont peur pour l’avenir de leurs jeunes.
Formé en France, les jeunes partent pour la plupart faire leur post doctorat aux Etats-Unis. " Au retour, ils n’ont rien, ils ont entre 30 et 35 ans, on leur propose des ODD de trois ans..." Et après ? "La plupart préfèrent rester aux EtatsUnis."

Les chercheurs râlent contre les effets d’annonces. Le cancer, priorité du gouvernement 2004. "Cette année à l’INSERM, il y aura seulement deux recrutements en cancérologie." Les chiffres parlent d’eux mêmes et tous sont en baisse. 33,8 % des budgets pour le CNRS, 28,7 % pour l’INSERM, 26.3 pour I’INRA et 45% pour I’ADEME.

Une pétition, "Sauvons la recherche", tourne depuis quelques semaines sur Internet. Dans le département, 400 chercheurs sur un peu plus d’un millier l’ont signé. 35.000 en France.

"En dix mois, il n’y a eu aucune avancée, avoue Pierre Chardin, directeur de recherche, lors de l’assemblée générale. Nous avons fixé une date butoir. Le 9 mars, tous les signataires doivent se réunir pour démissionner. Nous ne voulons pas des promesses mais des faits. Si nous faisons monter la pression, nous avons peur que, début mars, le gouvernement nous fasse des promesses juste pour éviter les démissions."