L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Déclassements au concours chercheur de la section 24 du CNRS !

Déclassements au concours chercheur de la section 24 du CNRS !

le 26 octobre 2010

Après le déclassement de Christine Proust en section 32-33, puis celui de Camille Lefèbvre en section 33, c’est maintenant le tour de Marie-Cecile Michallet et d’Emmanuel Laplantine de se voir refuser - en section 24 - deux postes CR1 après désistement des candidats mieux classés.

Marie-Cécile Michallet et Emmanuel Laplantine sont deux jeunes chercheurs en biologie dans les unités INSERM U851 à Lyon et CNRS URA 2582 à l’Institut Pasteur de Paris respectivement. Après avoir postulés et appris que deux candidats sur liste principale avaient accepté leurs postes à l’INSERM, Marie-Cécile (1ère sur liste complémentaire) et Emmanuel (2ème sur liste complémentaire) pensaient - en toute logique - que les postes allaient leur être attribués (suivant en cela l’évaluation du jury d’un concours national). Or – à leur grand étonnement - cela ne fut pas le cas. C’est pourquoi ils ont envoyé une lettre à différents membres du Conseil Scientifique ainsi qu’à la direction du CNRS, afin d’obtenir des explications. Pour exemple, voici la lettre envoyée par Marie-Cécile :


"Monsieur, Je me permets de vous écrire cette lettre afin de vous sensibiliser à la situation dans laquelle je me trouve à ce jour. Je m’appelle Marie-Cécile Michallet. Je suis actuellement jeune chercheur confirmé dans l’unité INSERM U851 à Lyon. Après avoir effectué ma thèse sur Lyon et un stage post-doctoral en Suisse, je suis revenue en France afin de poursuivre ma carrière scientifique. En janvier 2010, j’ai déposé un dossier de candidature aux concours CNRS pour l’obtention d’un poste de chercheur. Les résultats ont été très positifs, puisque j’ai obtenu la 1ère place sur liste complémentaire du concours 24/02 (section 24, grade CR1) lors de la phase d’admission. Trois postes de CR1 avaient été publiés au journal officiel pour ce concours. Deux candidats sur la liste principale ayant accepté leur poste à l’INSERM, l’appel à la liste complémentaire était attendu, me permettant donc d’accéder à un poste de chercheur. N’ayant aucune nouvelle de la part du CNRS durant l’été, je me suis permis de contacter le département des ressources humaines au début du mois de septembre. J’ai reçu la réponse suivante :

"Le comité de direction s’est réuni le 8 septembre dernier pour faire appel aux listes complémentaires des concours afin de pallier les désistements de lauréats des listes principales. Il n’a cependant pas été fait appel à la liste complémentaire du concours 24/02 lors de cet arbitrage."

Totalement choquée par cette annonce, j’ai pris contact avec le président de la section 24, Bruno Lucas, afin de lui demander des explications concernant cette décision. Malheureusement jusqu’à ce jour, aucune explication n’a été donnée par la direction scientifique du CNRS, privant donc la section 24 de 2 postes de CR1 et me privant par la même occasion d’un poste de CR1. En espérant recevoir un peu d’aide de votre part concernant les raisons qui ont pu pousser la direction scientifique du CNRS à prendre une telle décision.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs."


SLR soutient naturellement leur démarche, dénonce la multiplication de tels cas, et invite la direction du CNRS à œuvrer pour que de telles injustices n’aient plus lieu au sein de cet organisme. L’évaluation collégiale et contradictoire effectuée par des pairs lors de jury de concours nationaux pour des postes de la fonction publique d’Etat doit être respectée ! Toute autre décision est incompréhensible et justifie des explications.