L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / EUROPE / A l’assaut de l’Arc de Triomphe : la révolte étudiante italienne touche la France

A l’assaut de l’Arc de Triomphe : la révolte étudiante italienne touche la France

Par Marie-Pierre Gaviano, le 30 novembre 2010

Mardi 30 novembre : la tempête universitaire secoue l’Italie avec une puissance décuplée. Gares de Pise et Rome (entre autres) occupées, ligne Milan-Venise interrompue. A Rome, manifestations et blocage de circulation sont tellement nombreux que les voitures sont déviées dans le quartier piéton ; les automobilistes bloqués applaudissent les manifestants ; heurts violents avec les forces de l’ordre (un policier blessé). Et on ne compte plus les facultés bloquées ni les monuments historiques occupés.

Après deux échecs, la loi est votée dans la soirée à la Chambre des Députés mais elle doit repasser une nouvelle fois devant le Sénat. Et les manifestants annoncent leur intention d’intensifier encore la révolte :"Ce n’est qu’un début" (La repubblica)

(Dans la presse française : Réforme des universités : cortèges et chaos dans les grandes villes d’Italie)

Banderole sur l'Arc de Triomphe Et la vague jette ses (premiers ?) embruns en France : dans l’après-midi des étudiants italiens à Paris ont réussi a pénétrer dans l’Arc de triomphe et à l’orner de banderoles hostiles à la loi Gelmini (La Repubblica). Photo : la banderole sur l’Arc de Triomphe : "Reprenons notre avenir !" (Pour le déroulement de la révolte italienne dans le contexte européen voir Europe : l’automne 2010 est venteux (M. à Jour))