L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / L’illégitimité des Idex et des Labex : quand le Président de l’université Paris 6 prend les élus pour son paillasson ?

L’illégitimité des Idex et des Labex : quand le Président de l’université Paris 6 prend les élus pour son paillasson ?

Par Henri Audier, le 20 janvier 2011

Si ce n’était triste et même scandaleux, il serait amusant de constater que le Président de Paris 6, grand défendeur de la LRU et de l’autonomie, a une vision très personnelle de celle-ci. Et le cas n’est pas isolé !

Les faits

L’Idex concernant cette université n’a fait l’objet que d’une vague information au Conseil d’Administration. Ni le CA, ni le CS n’ont eu à exprimer un vote, à croire que ces conseils n’ont été constitués que pour discuter de l’emplacement des pots de fleurs ou de la couleur de la toge pour la remise des thèses. Mais un acte fondamental, déterminant toute l’orientation de l’université, peut se faire sans vote, voire même sans avis de son CA ou de son conseil scientifique. L’autonomie de l’université, fût-ce même au sens très contestable de la LRU, se résume donc à Paris 6 et ailleurs à l’autonomie du Président et son indépendance par rapport à ses conseils.

Mais il y a mieux, alors que l’Idex a été envoyée le 4 janvier, les élus ont demandé, poliment, avec le respect requis, si ce n’est pour l’homme du moins pour sa fonction, d’avoir une copie de la dite Idex. Il leur a été répondu : « La question fait partie de l’ordre du jour du CA du 31 janvier. Le document vous sera transmis dans les délais règlementaires ». Chacun peut mesurer le niveau de langue de bois et de mépris que recèle une telle réponse. On croirait du Ben Ali.

Les conséquences à tirer

- Il faudra que la LRU soit remplacée par une loi rétablissant la collégialité des décisions et qui fasse en sorte que les présidents d’université ne soient plus placés dans des fonctions d’aide de camp du ministère.

- Ce fait n’est pas isolé. Les élus de Paris-Est n’ont toujours pas le texte de leur Idex. Et si les textes de 12 des 17 Idex ont été mis sur le site du SNCS, l’obtention de ces textes a souvent fait l’objet de voies détournées. Souvent, même les élus ne les avaient pas. Si on ajoute que les Labex ont été élaborés sans avis des conseils de laboratoires, souvent sans informations des personnels, on doit conclure que toutes les procédures du Grand emprunt sont profondément illégitimes et devront être mise à plat, le moment venu.

Aussi publié sur le blog d’Henri Audier