L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (2)
Accueil / Actualités / Drôle de séminaire au CNRS

Drôle de séminaire au CNRS

le 25 janvier 2011

Il y a quelques jours Sauvons La Recherche a été informé d’un séminaire de la direction du CNRS à l’ordre du jour rappelant l’univers de ce cabinet de conseil en stratégie de crise, coupable d’un nouveau logo lourd de sens (cf. Le nouveau logo du CNRS, petite analyse sémiologique). En voici quelques extraits :

  • 1. Comment raccourcir les chaînes hiérarchiques et renforcer le sentiment d’appartenance des agents au CNRS ? Comment avoir une vraie autorité sur les agents CNRS ?
  • 4. Quelles méthodes adopter pour mener en douceur le Comité national vers ses vraies missions d’évaluation et non pas de cogestion ?
  • 5. Le CNRS post-IDEX : quelle valeur a-t-il pour notre pays ? À quoi sert-il ?

Cherchant en vain "CNRS" dans le site à canulars, il fallait conclure que c’était sérieux. Mais non, dit la direction. Mais pratiquement si, dit Sylvestre Huet sur son blog.

Afin de tirer au clair ce dont il s’agit, une délégation de Sauvons La Recherche s’est présentée le jour dit et bien en avance, en demandant d’assister à cette journée, et que ses conclusions en soient rendues publiques. Nous avions rédigé cette requête en demandant qu’on nous laisse la remettre en mains propres au président du CNRS. Après quelques échanges avec la directrice de cabinet, à qui nous avions demandé une réponse avant 9h30, il fut clair à 9h45 que le séminaire commençait sans nous. Nous avons chargé Alain Trautman, membre du conseil scientifique, de faire parvenir cette requête, accompagnée d’un mot déplorant l’absence de réponse. On les trouvera ci-joints.

Nous attendons toujours la réponse à la deuxième partie de notre requête.

Post-Scriptum : A l’heure où nous mettons sous Web, nous parvient un mail du président du CNRS :

Je reçois à l’instant la lettre que vous avez déposée au siège du CNRS ce matin, et je vous en remercie. Je me permets de vous préciser que je n’ai en aucun cas refusé de vous recevoir. Vous vous êtes présenté de manière impromptue, et il ne m’a pas été possible de m’extraire de la réunion que je présidais pour venir vous parler. Il va de soi que je suis tout à fait disposé à vous recevoir si vous le souhaitez, et vous invite à prendre contact avec mon cabinet pour convenir d’un rendez-vous.

Nous verrons. Mais le live, c’est toujours tellement mieux.

Post-Scriptum 2 : Nous avons répondu à ce mail par le suivant :

Monsieur le président du CNRS, cher collègue.

Je vous remercie d’avoir accusé réception rapidement de la lettre que nous vous avons fait parvenir ce 25 Janvier. Nul doute que notre visite était aussi précipitée que la diffusion de la version préliminaire de l’ordre du jour de votre séminaire. La précipitation est d’ailleurs la marque des temps troublés que le ministère nous fait traverser : elle ne saurait donc nous surprendre l’un de l’autre.

J’attire votre attention sur le contenu de la lettre déposée ce matin : elle demandait non seulement que votre séminaire soit public, ce qui donc nous a été refusé, mais également que ses conclusions le soient. Avant de répondre à votre invitation de prendre rendez-vous, nous attendons de recevoir copie du compte tendu que les participants ne manqueront pas de rédiger. Notre association pourra ainsi préparer des questions précises à vous poser, plutôt que de vous faire perdre du temps à réfuter certains des craintes qui sont venues à l’esprit des membres du CNRS ces derniers jours, et que ce compte rendu éliminera sans doute d’avance.

Dans l’attente de recevoir ce document, je vous prie de recevoir l’assurance de notre haute considération.