L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Budget, emprunt : la Conférence des présidents d’université (CPU) commence à comprendre…

Budget, emprunt : la Conférence des présidents d’université (CPU) commence à comprendre…

Par Henri Audier, le 27 janvier 2011

Il a fallu du temps, mais la CPU rue dans les brancards :

Lire le communiqué de la CPU

Sur la répartition des moyens, elle n’a « été ni consultée, ni informée, ni associée aux arbitrages et aux choix opérés par le Ministère ». Comme un vulgaire syndicat…

Sur le montant des moyens, « La CPU appelle au respect des engagements pris par le Président de la République au titre des moyens récurrents attribués aux universités, à hauteur d’un milliard d’euros supplémentaire par an ». A l’évidence la CPU n’a pas retrouvé les 5 milliards de plus qu’il devrait y avoir aujourd’hui, par rapport à 2007 . Et pour cause.

JPEG - 5.1 ko

La CPU ne retrouve pas les sommes nécessaires pour faire face aux transferts de compétences de l’Etat vers les universités autonomes, notamment pour les salaires . « Même si la CPU reconnaît l’effort que représente le maintien des emplois publics dans l’enseignement supérieur et la recherche, elle regrette que la rigueur budgétaire ne permette pas de faire face aux variations de la rémunération des personnels et à l’amélioration nécessaire des qualifications et de la politique sociale. Il n’y aura pas de “grands champions internationaux” sans un tissu universitaire solide ». Certes, pour l’emploi, la CPU se contente de peu, mais il ne faut pas désespérer…

Le plus important est sans doute l’affirmation que l’emprunt ne saurait se substituer aux moyens récurrents : « Seule une vraie dynamique de croissance continue et significative des moyens peut tenir lieu d’investissement d’avenir et faire entrer notre pays dans la société et l’économie de la connaissance. Assurer des moyens récurrents à la hauteur des besoins est un préalable à l’octroi de moyens exceptionnels via le Grand Emprunt pour soutenir des pôles d’excellence ».

Aussi publié sur le blog d’Henri Audier