L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (1)
Accueil / L’Association "Sauvons la Recherche" / Compte rendu du conseil d’administration du 14 avril

Compte rendu du conseil d’administration du 14 avril

le 3 mai 2011

Etaient présents : Olivier Gandrillon, Annick Kieffer, Angelica Keller, Aurélien Pinceaux, Emmanuel Saint-James, Alain Huetz, Hubert Hansen. Guillaume Beslon de l’INSA de Lyon/Villeurbanne, était aussi présent

Bilan des luttes

Paris /Saclay  : la lutte contre la FCS est passée par plusieurs phases : devant le CA, la bagarre a été gagnée en Octobre 2010, mais elle a été perdue en Décembre. En Janvier la FCS – dont le rôle est de tout piloter - a déposé un Idex sans que ce projet ait été présenté aux conseils de l’Université Paris Sud. Mais cet Idex a été rejeté par les experts internationaux pour cause d’une « gouvernance » jugée mauvaise . Le président, Paul Vialle, a alors démissionné (v. revue de presse) pour cause de « mission impossible » et a fait remarquer que le campus Paris Saclay regroupe toutes les contradictions françaises. Sur ce, Paristech a proposé de créer une "Graduate School" centrée sur les formations M et D, et laissant de coté les niveaux L de l’Université . Depuis deux semaines, il y a mobilisation pour exiger un Congrès réunissant tous les conseils (CA + CS +CEVU+ CTP) afin de discuter d’une candidature à la deuxième vague des Idex. Si le Congrès est refusé, les élus pourraient démissionner. Par ailleurs Paris/Saclay a obtenu moins de Labex que la moyenne nationale : il faut rappeler que ce site regroupe 10% des moyens nationaux du CNRS. Il y a eu 23 demandes de Labex concernant environ 95% des équipes. Seuls 7 ont été retenus (dont 2 au rattrapage). Finalement Jean Marc Monteil a été nommé par François Fillon pour essayer de débloquer les choses. Sa lettre de mission est de rendre la gouvernance crédible, et de simplifier le paysage institutionnel, ce qui peut signifier la casse de l’Université et de ses laboratoires, qui sont pour la plupart mixtes avec le CNRS ou les autres EPST.

À Lyon on a fait face à une situation similaire : - la direction voulait fusionner les universités et les écoles afin de se conformer aux exigence des Idex. Le congrès (dont on avait obtenu la réunion) était contre, ce qui a entraîné de grandes manœuvres et l’approche de syndicats pour "discuter". Les syndicats ont demandé à la région de ne pas donner son accord, qui est nécessaire, pour l’Idex. C’est un exemple à suivre pour les autres régions. Voir l’article « A Lyon on dit NON à l’IDEX !! » Ces deux cas vont dans un sens de regroupement du pouvoir des universités dans les mains de quelques uns. A Lyon, comme à Saclay, le gouvernement tente de casser les structures universitaires très rapidement.

JPEG - 1.7 Mo

Un simple calcul démontre que les Labex n’apportent pas de financement et sont, de fait, une redistribution violente des ressources, dirigée par les pouvoirs politiques.

À l’Université Paris 6, Pomerol est content car il a eu son Idex

Par ailleurs, on remarque que les transformations touchant aux ASR (Assistance Sécurité Réseau) provoquent de fortes réactions dans les labos.

Les pétitions  : à propos de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP), nous constatons que beaucoup de pétitions ont été lancées, peut être trop ? Toutefois, la pétition "Assez de Mensonge" a recueillie plus de 2 000 signatures, ce qui est appréciable. Elle sera sûrement utilisée à l’occasion pour montrer le ras-le-bol de la communauté scientifique face aux mensonges d’État. Les personnels CNRS sont très concernés. Notons que la direction du CNRS est particulièrement gênée par la fuite massive de ses documents internes. Une discussion sur l’optimisation des services publics, prétexte à la RGPP est abordée. Ce qui est en question, avec les entorses faites à la fonction publique, c’est le droit individuel qui prime par rapport au droit collectif. D’autre part, avec les politiques d’externalisation généralisées, on en arrive à des situations où les personnels de catégorie A ont un statut de fonction publique (privilégié ?) et pas les autres catégories de personnels De plus, pour des raisons de contacts humains, il est important de conserver des statuts de personnel fonctionnaires pérennes dans toutes les catégories. PES : la mobilisation des enseignants chercheurs contre cette prime reste difficile. C’est un sujet qui crée un clivage, parfois fort, entre militants.

Les luttes à l’ENS  : on nous annonce au cours de la réunion qu’ils vont bientôt être évacués par la police, il faudrait refaire un appel à soutien. Notons que la pétition sur le site de SLR a reçu un millier de signatures. L’ENS de Lyon avait aussi mis en place un collectif contre la précarité. La CGT prend part à la lutte, elle a dégagé un protocole spécifique pour l’ENS et qui permet d’établir des CDI pour les personnels précaires. Pour l’instant il n’y a pas eu de titularisation. Pour la CGT la situation à l’ENS est importante car elle met en jeu la crédibilité du "Protocole Tron". Mais ce protocole peu poser problème dans la mesure où il ne crée pas de poste. Cette mobilisation est marquée par un soutien remarquable de la part des étudiants.

Université de SLR

- Les organisateurs (membres du CA ?) devront arriver vers 10 heures du matin pour préparer la signalétique, afin de diriger les participants depuis l’arrêt de tram (ou le parking pour ceux qui arrivent en voiture) vers le lieu de l’Université de SLR
- Débats sur l’affiche : nous voulons qu’elle exprime plus l’espoir, notamment en représentant l’évasion du "monde marchand", et qu’elle montre que ce sont les chercheurs eux-mêmes qui peuvent se libérer. Une dernière proposition a été faite à ce sujet par Cled’12 ici

- Il restait encore quelques incertitudes sur les invités. Faire le point sur le programme actuel

LA PROCHAINE RÉUNION DU CA SE TIENDRA VERS LA MI-MAI