L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (2)
Accueil / Actualités / Une autonomie financière

Une autonomie financière

le 25 octobre 2011

Comme l’avait annoncé l’économiste Geneviève Azam, la loi LRU instaure d’abord une autonomie financière pour les universités : elles deviennent responsables de leurs déficits causés le plus souvent par les manquements de l’État. La plupart des universités sont touchées, on a parlé d’ Arras, de Stasbourg, de Brest, mais aussi Nantes, où le président de l’université a envoyé le 21 octobre 2011 le message suivant à son personnel : Ce matin, le Conseil d’administration de l’Université de Nantes a voté, à l’unanimité moins une voix, le principe de la présentation d’un budget 2012 en déséquilibre. Ce geste politique fort de notre établissement délivre un message de fermeté à nos autorités de tutelles. Je rappelle que la dotation globale de fonctionnement que devait nous attribuer le ministère a été amputée de 9 millions d’euros. Ceci s’ajoute a des engagements non tenus qui impactent très fortement la masse salariale de l’Université. Malgré nos multiples demandes, le Ministère ne nous permet donc pas de fonctionner convenablement. Ce désengagement de l’Etat est inadmissible et place l’université de Nantes, comme la moitié au moins des universités françaises, dans une situation difficile...

Il faudra donc peu de temps avant que l’augmentation des frais d’inscription soit présentée par la fameuse formule : il n’y a pas d’alternative.

En attendant, on économise, sur le personnel : on n’ouvre pas au concours certains postes, on revoit les contrats courts et cela concerne aussi les doctorants : à Rennes mais aussi à Nantes, et sans doute ailleurs, des contrats de monitorat ne sont pas reconduits. Cela se fait avec élégance : les personnes sont prévenues à la fin septembre, alors que les enseignements ont été préparés et que les cours ont déjà repris. Nul doute que par ces mesures l’Université continuera à avancer comme elle a toujours su le faire dans le cadre de ses missions de service public et dans le respect des hommes et des femmes qui font l’université.

ps1. On trouve sur le blog de Pierre Dubois un inventaire des mesures pour rogner, sabrer, voire annuler des dépenses.

ps2. Mise à jour du 13 novembre 2011 des universités en déficit :

- Pau et Bretagne-Sud
- Nantes et Bordeaux 3, voir aussi ici
- Limoges