L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (1)
Accueil / Les archives / Archives 2004 / Tribunes et contributions (archives 2004) / « Dis-moi, c’est quoi le colloque de Caen.... »

« Dis-moi, c’est quoi le colloque de Caen.... »

Par Jean-Pierre de VILLARTAY, le 13 février 2004

On entend ici où là des références à un colloque qui se serait tenu dans la ville de Caen en l’an de grâce 1956. Ce colloque présidé par Pierre MENDES-FRANCE aurait servi de base, entre autres, à notre actuel système de recherche scientifique. Mais qui se souvient de cette réunion en dehors de quelques chercheurs ou professeurs, maintenant probablement « émérites », qu’il serait passionnant d’interroger ? Pour ma part, et à fortiori nos jeunes doctorants, je n’existais même pas en tant qu’être virtuel. Heureusement les archives restent et une séance de biblio permet de trouver sur le site Internet du service de documentation de l’Institut Pasteur un compte-rendu de ce colloque publié par les « Cahiers de la République » (http://www.pasteur.fr/infosci/archi...).

La lecture de ce document, écrit il y a près de 50 ans, est surprenante à plus d’un titre tant certains des points évoqués lors de ce colloque restent si pertinents aujourd’hui. Mais indépendamment de son intérêt historique évident, ce document est surtout la démonstration de ce qu’une volonté politique à l’existence même d’un système de recherche veut dire. Lorsque le message inaugural de M. BILLERES, Ministre de l’Education Nationale de l’époque, commence par : « Le sort de la recherche scientifique française engage dans une large mesure celui du pays » et finit par une citation de Pasteur comparant les laboratoires à « ...des temples de l’avenir, de la richesse et du bien-être. C’est là que l’humanité grandit, se fortifie et devient meilleure », on perçoit, à l’évidence, une volonté politique forte. Lorsque aujourd’hui on entend à la tête de l’état : « La recherche est une priorité du gouvernement, (point). », ou de notre Ministre de tutelle : « Je suis à l’écoute, j’ai pris la mesure de vos problèmes. » on ne perçoit que du vide qui n’a d’égal que le gouffre abyssal des restrictions budgétaires que cet état nous impose.

Si le colloque de Caen de 1956 a constitué un véritable vaccin politique (encore Pasteur..... ?) définissant les bases d’une nouvelle organisation de la recherche scientifique française, Il est plus que temps que nos responsables politiques (et nous-même) effectuons une piqûre de rappel.

Jean-Pierre de Villartay