L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Intervention de Brigitte Gonthier-Maurin

Projet de Loi de Finances pour 2012 Mission « Enseignement supérieur et recherche »

Intervention de Brigitte Gonthier-Maurin

Séance du 1er décembre 2011

le 23 décembre 2011

A la suite de la rencontre de Emmanuel Saint James, président de Sauvons la Recherche et Henri Audier, membre de son Conseil d’Administration, avec la sénatrice B. Gonthier-Maurin, le courrier suivant a été reçu :

La sénatrice Brigitte Gonthier-Maurin et moi-même tenons à vous adresser nos remerciements pour votre aide et vos analyses précieuses sur l’enseignement supérieur et recherche. Notre rencontre a permis de conforter et de nourrir utilement notre réflexion, en vue de l’élaboration de l’intervention générale sur la mission budgétaire enseignement supérieur et recherche que vous trouverez en pièce-jointe de ce message. Cordialement, Noémie Rouanet

EXTRAITS :

(...) Cette année encore, les modifications de périmètre ne facilitent pas la comparaison de budget à budget. De fait, il convient de déjouer l’opacité de la LOLF pour vérifier que le Gouvernement n’investit pas dans la recherche et l’enseignement supérieur. Entre 2002 et 2012, le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche a régressé de 2,23 % du PIB à 2,15 % seulement. Nous sommes donc loin de la promesse formulée par le Président de la République, d’augmenter chaque année le budget de l’enseignement supérieur de 1,8 milliard d’euros et de consacrer 3 % du PIB à la recherche. (...)

Alors même que se multiplient les évaluations pour les chercheurs du secteur public, soumis à compétition pour obtenir le financement de leurs projets, le montant du CIR accordé aux entreprises, qui est fonction du nombre de chercheurs déclaré par celles-ci, ne fait l’objet d’aucun contrôle. Tandis que le CIR représente 2,5 fois le montant du budget du Centre national de la recherche scientifique,(...)

Nous sommes certes, avec l’immense majorité des chercheurs, de fervents défenseurs de l’autonomie de la recherche et des universités, mais vis-à-vis des marchés, et donc à l’opposé même de la LRU, qui doit être abandonnée ! »