L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (3)
Accueil / Les archives / Archives 2004 / Comptes-rendus et communiqués du collectif (archives) / Communiqué de presse du Collectif "Sauvons la Recherche", 13 février 2004

Communiqué de presse du Collectif "Sauvons la Recherche", 13 février 2004

Par Bertrand Monthubert, le 14 février 2004

Etats Généraux de la Recherche : le gouvernement bloque la discussion

L’appel à un grand débat national sur la recherche constitue un point central de la pétition "Sauvons la Recherche". Cette idée a fait son chemin puisque, dans une déclaration récente, Madame Haigneré, Ministre déléguée à la recherche convient de " la gravité de la situation, de la préoccupation des jeunes devant les perspectives de carrière " et reconnaît qu’ " une ambition et un tel moment historique de mobilisation pour une recherche d’excellence exigent une programmation sur le long terme de l’emploi scientifique ". Ces propos traduisent un changement de ton sensible dans les déclarations du Ministère de la Recherche concernant la situation de la recherche francaise.

Le Collectif "Sauvons la Recherche" avait tenu le Ministère au courant de son intention d’annoncer le 11 février la mise en chantier très prochainement des Etats Généraux de la Recherche. Le 10 février, sans en avoir averti le Collectif, le Ministère annonçait dans un communiqué de presse le lancement d’Assises Nationales de la Recherche. Cette façon de procéder augure mal de la volonté affichée du gouvernement d’être à l’écoute des chercheurs et de dialoguer avec eux en toute confiance.

Il ne peut pas y avoir deux grands débats parallèles sur la recherche. Dans un esprit constructif et de responsabilité, le Collectif a accepté immédiatement de discuter au Ministère de la Recherche des conditions permettant de faire converger les deux initiatives. La discussion a d’abord concerné les modalités de désignation des membres du comité d’organisation, et l’affirmation de sa nécessaire indépendance. Bien que non aboutie, cette discussion positive pourrait ouvrir la perspective d’entamer très rapidement ce débat d’une importance capitale pour le pays, dans un climat de confiance retrouvée entre les pouvoirs publics et les chercheurs. Mais cette confiance ne pourra être rétablie que si le gouvernement adopte sans attendre les mesures d’urgence réclamées depuis un mois : le versement des sommes dues depuis 2002 et le rétablissement de postes statutaires à l’embauche. Pour l’instant, le gouvernement refuse de prendre ces mesures simples, d’un coût dérisoire par rapport à d’autres décisions budgétaires prises cette semaine. Ce faisant, il bloque toute possibilité de lancer avec le Collectif un grand débat national sur la recherche avec la participation des chercheurs, des enseignants-chercheurs et les autres acteurs de la vie économique et politique. Le Collectif est prêt à reprendre les discussions dès que ces mesures seront prises.