L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Interview de Geneviève Fioraso

Interview de Geneviève Fioraso

dans La revue socialiste universitaire

le 9 septembre 2012

l’interview peut être lu ici

Extraits : Il va falloir redéployer effectivement les crédits de l’ANR vers les crédits récurrents des laboratoires. Il faut protéger nos laboratoires, en particulier dans la recherche fondamentale, et ne pas embêter les chercheurs en permanence par des courses permanentes aux crédits. Ce n’est pas à l’ANR de définir une stratégie, c’est aux organismes de recherche. L’ANR doit être une agence de moyens, pas de programmation à la place des autres, un outil commun. Et puis il faut encadrer les chercheurs, les accompagner, pour inciter à aller davantage vers l’Europe.
[...]
Concernant le Plan Campus, je n’aurais pas choisi le système des partenariats publics-privés. On emprunte à des taux du privé ; or le résultat, c’est que sur les 5 milliards du Plan Campus, seuls 2,2 milliards sont consacrés aux projets eux-mêmes, le reste servant à rémunérer des organismes financiers. Ce sont eux les grands gagnants de la « politique d’excellence » du gouvernement sortant.
[...]
Je me refuse d’accepter l’idée selon laquelle il n’y aurait que Strasbourg et l’Ile-de-France au nord de la Loir ! Il y a aussi Lille, Nantes, Rennes, Nancy, etc. On va donc rééquilibrer les choses. En outre, à la concurrence entre campus, nous préférerons les mises en réseau, au sein desquelles pourront s’intégrer des universités plus petites. C’est à cela que servira cette mission sur les Plans Campus. Car contrairement à ce que l’on peut entendre, quand on nomme des missions, ce n’est pas pour différer l’action : leur rôle est très concret. On agit d’ailleurs de la même façon pour les IRT [Instituts de recherche technologique].
Pour les investissements d’avenir, il faut rééquilibrer les choses. C’est moins problématique pour les Equipex et pour les Labex. Mais est-ce que cela a du sens de trouver, sur un même pallier, un laboratoire labellisé Labex, avec pléthore de moyens, et un autre laboratoire en pénurie de moyens ? Il faut remettre à l’ordre du jour la notion de stratégie de site, d’écosystème de site, en vue d’un travail en réseau. Et ce d’autant plus que notre système devient inexplicable, aussi bien en direction de l’international que vis-à-vis des interlocuteurs nationaux. Il faut par conséquent mener un travail de simplification et c’est d’ailleurs tout l’objet des assises que de discuter avec tout le monde comment on peut simplifier les choses, de sorte à ce qu’il y ait en amont intériorisation de cette réforme à venir par les acteurs eux-mêmes qui puisse conduire à une meilleure application par la suite.
[...]
Dans cet esprit d’ailleurs, l’une de nos spécificités – et qui constitue, quoiqu’on en dise, aussi une de nos forces à l’international – ce sont nos droits d’inscription universitaires très bas. C’est une chance, et je l’ai dit en Conseil des ministres. J’ai résisté aux pressions récentes qui visaient à augmenter ces droits d’inscription. Ils n’augmenteront en cette rentrée qu’en-dessous de l’inflation (droits et tickets restaurants) et les bourses, elles, seront majorées au-dessus de l’inflation. C’est notre culture. Ce ne sera jamais une recette significative pour les universités. C’est lié à notre exigence de démocratisation.