L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / appel à manifestation le 31 janvier 2013

appel à manifestation le 31 janvier 2013

le 29 janvier 2013

Nous encourageons les agents de l’enseignement supérieur et de la recherche à participer à cette manifestation à l’appel des organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires de la Fonction publique. Voici quelques rendez-vous :

  • Amiens : 14H30 devant la Maison de la Culture Place Léon Gonthier
  • Avignon : 10H30 cours Jean Jaurès
  • Bastia : 11H à la préfecture de Bastia
  • Bordeaux : 11H30 Place de la République
  • Lyon  : 11H Place des Terreaux jusqu’à la Préfecture
  • Montpellier : Départ de la Manifestation à 15h du Peyrou avec vos T-shirts rouges !
  • Nantes : 10H30 devant le CHU
  • Paris : RDV 13H30 Devant l’agence BNP de Port Royal (RER B)
  • Saint-Nazaire : 10H30 Fontaine République (au Paquebot)

et l’appel du Collectif contre la précarité ESR :

CONTRE LA PRÉCARISATION DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET LA RECHERCHE

La Fonction publique et les services publics sont indispensables pour tous les citoyens. Or, la situation s’est dégradée ces dernières années pour les personnels comme pour les usagers. Il est urgent et indispensable maintenant de changer de cap !

Dans l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) les précaires se mobilisent partout en France. Nous avons dénoncé la flambée de la précarité dans l’ESR au cours de la dernière décennie (50 000 agents en situation de précarité, recours massif aux CDD, vacations, travail au noir, libéralités, statut d’auto-entrepreneur... ), la diminution des dotations récurrentes, la diminution du nombre de postes ouverts au concours, la montée en puissance des financements extérieurs et les dégraissages massifs de contractuels mis en place dans les EPST suite à la Loi du 12 mars 2012, à un moment où le chômage atteint des records historiques avec 4,6 millions de demandeurs d’emploi enregistrés officiellement fin décembre.

Nous demandons depuis des mois le renouvellement des contrats d’agents non titulaires dont les financements sont assurés (abrogation des circulaires et chartes du CNRS et de l’INRA qui bloquent tous les contrats à trois ans et bloquent ainsi toutes les carrières) et l’application de la loi Sauvadet pour tous les agents de l’ESR éligibles à la titularisation et dont le nombre a été estimé à 10 000 par le MESR. Nous avons insisté sur le fait que le seul moyen de résorber durablement la précarité dans l’ESR est une création massive de postes pour toutes les catégories de personnel des universités et organismes de recherche.

La précarisation est de plus en plus massivement partagée, mis à part les emplois précaires, la diminution des postes dans l’ESR ainsi que l’autonomie financière des universités amène à une dégradation galopante des conditions d’étude et travail pour tous les personnels de l’ESR (suppression de postes administratifs, suppressions de TD’s et Unités d’enseignement, gèle de postes de titulaire et manque de personnel pour assurer les heures d’enseignement à Paris 7, Le Havre, Paris 1, Univ. Jules Verne, Paris 1, Université de Saint Étienne...).

Malgré la reconnaissance de cette situation alarmante par les autorités (encore dernièrement dans le rapport remis au Premier Ministre le 14 janvier 2013 par Mr Le Déaut) et malgré les annonces faites par Mr Le Déaut ou par la Ministre de l’ESR ou ses conseillers (titularisation des agents éligibles à la loi Sauvadet et volonté de résoudre durablement la précarité), le projet de loi sur l’ESR ne comporte absolument aucune mesure de résorption de la précarité. Le gouvernement est-il aveugle et inconséquent ?

Que reste-t-il aujourd’hui de nos revendications et de nos propositions dans les orientations prises par le gouvernement ? Que fait la Gauche, au pouvoir, des mouvements sociaux qui ont nourri la réflexion collective sur l’ESR ? Comment imagine-t-elle lutter contre les inégalités sociales et territoriales entre les étudiant(e)s en participant à la dégradation des universités et des laboratoires ? Les précaires doivent-ils payer le prix de « la crise » alors que l’ESR survit tant bien que mal depuis plusieurs années sur leur dos ?

L’absence totale d’intention de résoudre ce problème, qualifié de majeur par la plupart des acteurs de l’ESR, et le verrouillage de ce dossier depuis le début malgré des effets d’annonces encourageants sont donc clairs aujourd’hui.

Les collectifs de lutte contre la précarité de l’ESR décident de rejoindre la manifestation du 31 janvier de la fonction publique et appellent à tous les personnels membres de l’ESR à y participer.

Venez nombreux avec un t-shirt rouge (symbole nationale des collectifs lutte contre la précarité ESR), avec pancartes individuels sur des cartons, casseroles pour faire du bruit, sifflets et tout élemement qui permette de faire passer notre message.

Collectif contre la précarité ESR Pouchet /CNRS-Etudiants et enseignants mobilisés de Paris 7- Collectif Aquitain contractuels de la Recherche- Collectif contre la précarité EHESS- Collectif contre la précarité Paris 1-Collectif sortir de la précarité EHESS, Collectif contre la précarité INED.