L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (3)
signatures (659)
Accueil / communiqués partenaires / Sur les mentions et spécialités de Master : Lettre ouverte à Mme Geneviève FIORASO - PETITION

Sur les mentions et spécialités de Master : Lettre ouverte à Mme Geneviève FIORASO - PETITION

Descriptif :

quand le dogme de la "lisibilité" conduit à opacifier l’offre de formation

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

le 28 mars 2013

659 personnes ont signé ce texte : liste des signataires

Nous hébergeons volontiers cette Lettre ouverte écrite par des membres de l’université Lille 3, concernant les mentions et spécialités de Master, que la ministre se propose de faire disparaître en grand nombre, et que vous pouvez soutenir grâce au module ci-contre.

Lettre envoyée à Mme Nicole MÉNAGER, présidente du comité de suivi Master :

Au motif de rendre l’offre nationale de formation plus « lisible » et plus « démocratique », il est envisagé de réduire de façon drastique le nombre de mentions et plus encore, de spécialités, de Master. Une liste limitative d’intitulés serait mise en place, dont dépendrait le processus d’accréditation qui remplacerait celui, actuel, d’habilitation des formations actuellement mises en place par les Universités et pensées, en amont, par leurs équipes pédagogiques, avec en principale ligne de mire l’insertion professionnelle des diplômés.

Si l’argument de l’absence de « lisibilité » de ces mentions peut éventuellement être avancé dans quelques cas, pour la grande majorité de nos formations, en particulier pour celles issues des anciens DESS, il ne résiste pas à l’analyse. Bien au contraire, l’affichage clair et détaillé de la mention, de la spécialité, voire du parcours (à inscrire d’ailleurs sur le diplôme) traduit précisément les compétences acquises par l’étudiant – cette précision est ce qui motive l’affluence de demandes d’inscription dans nos formations et explique les taux d’insertion professionnelle élevés, objectivement mesurés par les observatoires des universités.

Nous rappelons qu’un Master est une formation, un développement de compétences, dans une spécialité donnée, en deux ans (Bac + 5), avec adossement à la recherche universitaire, selon le cahier des charges du LMD, et qu’une spécialité de Master est tournée vers un ou des métier(s) clairement identifié(s) par les équipes, d’universitaires et de professionnels, qui la portent, la font vivre et évoluer, et défini(s) objectivement en lien avec une ou des fiche(s) du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP).

Nous rappelons et affirmons que ce qui fait la spécificité d’un diplômé de Master, ce qui signale ses compétences et signe son employabilité, ce qui est sa carte de visite, lisible et reconnue (dans bien des cas, depuis très longtemps, et ce, grâce au travail des équipes concernées) par les milieux professionnels pertinents, c’est, précisément, la spécialité clairement affichée de son diplôme.

Nous exigeons donc le maintien de nos spécialités de Master clairement identifiées et identifiables, qui sont un élément essentiel dans l’accès à l’emploi de nos diplômés et mettons solennellement en garde contre toute mesure qui nuirait à la réelle lisibilité des compétences professionnelles garanties par les diplômes auxquels nous préparons et contre toute décision dogmatique qui compromettrait l’insertion professionnelle de nos diplômés, à l’heure où tout, justement, doit être mis en œuvre pour la favoriser.

Notre mission est dans nos formations, que nous ne voulons pas voir nivelées dans des mentions de Master fourre-tout et par la disparition des spécialités. Nous souhaitons retrouver la sérénité indispensable à l’accomplissement de cette mission, par la levée des menaces qui pèsent aujourd’hui sur les actuelles mentions et spécialités de Master, dont l’effet délétère serait d’opacifier l’offre de formation des universités et de rendre proprement invisibles nos compétences. Les professionnels qui interviennent dans nos formations, nos diplômés et nos étudiants soutiennent et soutiendront cette légitime revendication.

Premiers signataires :Fabrice ANTOINE, Traduction, lexicologie, Lille 3, Bernard SÈVE, Esthétique et philosophie de l’art, Lille 3 ; Yves MACCHI, Linguistique Hispanique, Lille 3 ; Anne CARLIER, Sciences du Langage", Lille 3 ; Alain DEREMETZ, Langue et littérature latines, Lille 3 ; Françoise SAQUER-SABIN, Études hébraïques, Lille3 ; Michèle GUILLEMONT, Espagnol, Lille 3 ; Alexandra POULAIN, Études irlandaises, Lille 3 ; Rosa CARON, Psychopathologie, Lille3 ; Georgette DAL, Sciences du langage, Lille 3 ; Annie RISLER, Sciences du langage, Lille3 ; Paul-Henri GIRAUD, Espagnol, Lille 3 ; Christophe BATSCH, Hébreu, Lille 3 ; Maryla LAURENT, Langue et littérature polonaises, Lille 3 ; Anne-Catherine DE BOUVIER LOBO, Caen Basse-Normandie ; Fiona MCINTOSH-VARJABÉDIAN, Littérature comparée, Lille 3 ; Philip MILLER, Linguistique anglaise, Paris 7 ; Marie BOLTON, Histoire américaine, Blaise Pascal (Clermont-Ferrand II) ; Serge ROLET, Russe, Lille 3 ; Christophe NIEWIADOMSKI, Sciences de l’Éducation, Lille 3 ; Christine HUGUET-MÉRIAUX, Littérature anglais, Lille 3 ; Vincent CARADEC, Sociologie, Lille 3 ; Daniel TOUDIC, Anglais, Rennes 2 ; Pierre LABROSSE, Linguistique anglaise, Paris IV-Sorbonne ; Anne-Florence GILLARD-ESTRADA, Anglais, Rouen ; Sarah HATCHUEL, Littérature anglaise, Le Havre ; Guyonne LEDUC, Littérature anglaise, Lille 3