L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (1)
Accueil / Accès thématique / Communiqués de SLR / Un projet de loi insensé

Un projet de loi insensé

le 3 mai 2013

Madame, monsieur, cher ami de la recherche

Vous avez, à un moment où un autre, soutenu l’action de Sauvons La Recherche, face aux décisions inopportunes que les pouvoirs publics ont prises ou voulu prendre quant à l’avenir scientifique de notre pays, et nous vous en remercions à nouveau. Depuis plusieurs années, la Commission Européenne tente de donner un rôle nouveau aux services publics de la recherche scientifique et l’enseignement supérieur, en les restreignant à leur impact sur la compétitivité des entreprises. Cette dénommée stratégie de Lisbonne vient de fêter sa 10e et dernière année ans sans éclat, ses promoteurs ayant reconnu son échec tout en annoncant une nouvelle décennie dans la même direction.

Alors que le nouveau gouvernement français promettait d’infléchir la politique européenne, il vient d’adopter en conseil des ministres un projet de loi mortifère pour nos universités et laboratoires tant il ne tire aucune leçon de cet échec. Parmi les nombreux articles contestables prévus par ce projet, il en est un qui retient particulièrement l’attention. Le Code de la recherche publique serait modifié, assignant à celle-ci un objectif supplémentaire : "le transfert des résulats de la recherche vers le monde socio-économique". A l’heure où le budget de notre ministère est en baisse (de 16% pour nos organismes de recherche !), cette nouvelle mission ne pourra se faire qu’au détriment des autres, en particulier la formation de nos étudiants. Loin d’encourager les entreprises à innover, cette politique déjà expérimentée sous le gouvernement précédent les incite à fermer leurs propres centres de recherches, en sous-traitant leur recherche d’innovations à des laboratoires publics dont ce n’est pourtant pas le métier. Dégraissage dans la recherche privée, gel des postes dans la recherche publique, quel étudiant de Master se risquera à entamer une thèse avec une telle perspective, et que peut-il espérer comme emploi proche de sa vocation ? Les réformes de ces dix dernières années ont provoqué une explosion de la précarité dans nos métiers ; ce sera l’explosion de la crise des vocations si cette nouvelle loi est votée.

Nos contacts avec les parlementaires nous ont montré que nombre d’entre eux ne sont pas convaincus par ce projet de loi, mais seulement une minorité songe à s’y oppposer. C’est pourquoi nous vous demandons aujourd’hui de soutenir notre action en écrivant au député de votre circonscription, afin de l’inciter à refuser de voter ce projet de loi, et d’exiger du gouvernement une politique scientifique qui maximise le potentiel scientifique de notre pays, et assure des débouchés aux jeunes qui veulent s’y consacrer.

Vous trouverez sur notre site la lettre détaillée que nous leurs envoyons, et dont vous pouvez vous inspirer.

Le conseil d’adminitration de Sauvons La Recherche