L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Motion du Conseil d’administration de l’Univertsité Stendhal (Grenoble)

Motion du Conseil d’administration de l’Univertsité Stendhal (Grenoble)

le 20 mai 2013

Convaincus que la formation des enseignants mérite une grande réforme à inscrire dans un large projet de refondation de l’école et soucieux d’y apporter leur contribution, les membres du CA de l’université Stendhal expriment néanmoins leurs plus vives réserves sur les conditions d’élaboration et de mise en œuvre des ESPE et des masters MEEF (Mention Enseignement, Éducation et Formation) dans les délais impartis. Ainsi le CA considère préjudiciable pour la qualité du projet académique de l’ESPE et sa vision partagée par tous les partenaires, la précipitation dans laquelle le projet a du et doit encore être mené et dénonce une situation source d’inquiétudes tant pour les personnels que pour les étudiants concernés par ces futures formations.

La date de remontée des maquettes des ESPE est en effet fixée au 25 mai alors même que le principe de l’accréditation emportant habilitation des diplômes n’a pas encore été adopté par le Parlement ni légalement inscrit dans la loi. À ce jour :
- nous ne disposons d’aucun arrêté définissant les masters MEEF ;
- le statut juridique des ESPE n’est pas légalement défini ;
- les conseils n’ont pas délibéré sur la configuration retenue pour la mise en place des ESPE sur le site Grenoblois et plus largement dans l’académie ;
- les conséquences de la mise en place de l’ESPE sur notre Université (son organisation, ses personnels, ses ressources, son offre de formation, sa contribution financière) n’ont fait l’objet d’aucune consultation des CT et CA.

En l’absence de cadre juridique établi, constatant qu’aucune consultation réelle et sérieuse n’a pu avoir lieu notamment avec les associations professionnelles représentant les diverses disciplines, les membres du CA exigent un moratoire d’un an pour permettre une remise à plat de cette réforme et l’ouverture d’une véritable concertation.

Motion adoptée par 16 voix pour et 3 abstentions