L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / syndicat C G T de l’Institut National de la Recherche Agronomique

Au sujet de la Loi « Fioraso »

syndicat C G T de l’Institut National de la Recherche Agronomique

Lettre de la Confédération aux parlementaires

Par KELLER Angélica , le 11 juin 2013

Saint Cyr l’Ecole, le 24 mai 2013

Chère camarade,

Nous venons de recevoir la lettre que tu as adressée, au nom de la Confédération, aux groupes parlementaires au sujet de la Loi Fioraso sur l’Enseignement Supérieur et de Recherche.

Nous sommes consternés par les formulations de cette lettre qui sont en total retrait, voire contradictoires, par rapport à celles des organisations CGT de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur Publics. Elles sont même en retrait par rapport aux formulations de compromis adoptées par l’intersyndicale de l’ESR, CGT-FSU-Solidaires-FO-SLR-SLU-Comités de Précaires, dans sa lettre commune adressée aux parlementaires (ci-jointe) ! Nos organisations se battent en effet pour l’abandon du projet de Loi, dont le contenu pérennise les lois mises en place sous Sarkozy (LRU, Pacte Recherche) et même les aggrave (régionalisation en lien avec l’Acte III de la décentralisation, condamnée clairement au congrès confédéral). Nos organisations exigent de vraies négociations fondées sur l’abrogation de la LRU, du Pacte de la Recherche et de toutes les mesures et structures précédentes (ANR, AERES, FCS, IDEX, etc.). C’est le langage que nous avons tenu aux parlementaires, quels qu’ils soient, quand nous les avons rencontrés. De cela, rien n’est indiqué dans le texte adressé au nom de la Confédération.

Au contraire, ce texte se contente de reprendre des propositions d’amendements au projet de Loi, sans indiquer que la CGT le remet en cause dans sa totalité. Or, tout le monde sait que ce ne sont pas des amendements qui changeront le fond de ce projet qui va entièrement à l’encontre du développement de la recherche publique comme de l’enseignement supérieur public, comme des intérêts de leurs personnels. Pire, la revendication avancée de participer à tous les lieux de pilotage locaux de l’ESR reviendrait de fait à avaliser la mise en place des trente super- structures communautés d’universités et d’établissements que nous dénonçons comme visant à régionaliser l’ESR !

Au final, cette lettre pourrait laisser croire qu’il suffirait de modifier quelques points de la Loi Fioraso pour que celle-ci devienne acceptable. Nous estimons que ce texte ne peut être considéré comme représentatif de la Confédération et de ses syndicats.

Nous demandons donc que, suite au succès de la manifestation unitaire du 22 Mai, la Confédération s’adresse à nouveau aux parlementaires en affirmant soutenir le dernier texte intersyndical, signé par tous les syndicats CGT concernés, demandant l’abandon du projet de Loi.

Salutations syndicalistes P/o le Bureau National de la CGT-INRA

Bérangère Lefort, secrétariat administratif Copie à FERC, FERC Sup et SNTRS Copie à T. Lepaon et Bureau Confédéral

PS je ne sais pas à qui cette réponse est adressée ; mais le contenu nous intéresse tous/toutes. AK

PPS je n’ai pas reçu - sur la liste SLR débats - la lettre jointe