L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Les Verts : enjeux et perspectives pour l’ESR

Les Verts : enjeux et perspectives pour l’ESR

Vrai débat ou stratégie de réhabilitation ?

le 17 novembre 2013

Les parlementaires Europe Écologie Les Verts (EELV) ont réuni au Sénat le 8 Novembre des acteurs du monde de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) pour un colloque intitulé "La procédure de recrutement des enseignants chercheurs en France : enjeux et perspectives".

Le premier objectif de ce colloque, très louable, était de prendre le temps de discuter sur les questions de la qualification, du rôle du Conseil National des Universités (CNU) etc., à l’heure où le gouvernement doit sortir un décret sur le statut des enseignants-chercheurs. Le second, plus politique, était de se faire pardonner le vote des sénateurs EELV en faveur de la loi sur l’Enseignement Supérieur et Recherche en juin dernier [1] et le tollé provoqué par leur amendement proposant la suppression de la qualification, qui a fait le succès d’une pétition contre sa suppression.

Sur le fond, quelques débats contradictoires avec des invités soigneusement choisis, une salle assez vide... Certains, des représentants de la Commission Permanente du CNU comme Gilles Denis ou Olivier Nay, sont en faveur du maintien de la qualification et du CNU moyennant des améliorations de son fonctionnement. Les arguments portent essentiellement sur la lutte contre le localisme, le clientélisme et le maintien d’une procédure nationale. D’autres sont carrément hostiles à la procédure de recrutement actuelle et préféreraient appliquer les méthodes du privé... Certains intervenants élargissent le problème au nombre de postes actuellement ouverts, comme Isabelle This-Saint-Jean qui fait le grand écart entre les positions officielles de son parti, le PS, et le souhait d’un plan pluriannuel pour l’emploi et le maintien d’une égalité entre les régions !?

Finalement, l’impression qui persiste est l’inutilité de ce colloque. Le programme de la journée, comme le contenu la loi sur l’ESR de Fioraso, ne permet pas d’aborder et de résoudre les questions essentielles du moment : la précarité de l’emploi scientifique, la paupérisation et la caporalisation de l’ESR...[2]. L’exécutif prépare actuellement le décret sur le statut des enseignants-chercheurs [3], ce qui ne prévoit donc pas de contributions des députés et sénateurs. Le directeur du cabinet de la ministre de l’ESR Jacques Fontanille était invité au colloque : après un laïus de propagande en début de colloque sur la politique du gouvernement, il n’a pas daigné rester écouter les débats...

[1] voir sur ce point l’explication de la députée Isabelle Attard : http://isabelleattard.eelv.fr/les-p...

[2] http://sauvonslarecherche.fr/spip.p...

[3] http://sauvonslarecherche.fr/spip.p...