L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Soutien des Comités d’Action et d’Information contre l’ouverture du capital EDF-GDF

Soutien des Comités d’Action et d’Information contre l’ouverture du capital EDF-GDF

Par Georges Debrégeas, le 1er mars 2004

Les « Comités d’Action et d’Information contre l’ouverture du capital d’EDF-GDF » apportent leur soutien au collectif « Sauvons la Recherche »

La disparition du Service Public de l’Energie et la privatisation d’EDF-GDF sont programmées dans le cadre de la libéralisation en cours du secteur énergétique européen.

Les conséquences de cette libéralisation et du démantèlement des entreprises publiques qui l’accompagne sont maintenant connues parce que constatées dans les autres pays : hausse globale des prix de l’électricité, énormes variations sur ces prix, disparition de l’égalité de traitement entre usagers, sous-investissements et fragilisation du système conduisant à des coupures, faillites, malversations, perte d’autonomie de l’Etat sur la politique énergétique du pays …

Parmi ces nombreux effets funestes figure également le déclin de la Recherche dans le domaine de l’Energie. En effet, comment des entreprises privées soumises à la concurrence, donc aux objectifs court terme du marché et à l’absence de visibilité sur leurs débouchés, pourront-elles être motivées pour investir dans une Recherche dont le « retour sur investissement » est particulièrement long ? Qui mènera par exemple les recherches sur les énergies nouvelles ? Sur le traitement des déchets nucléaires ?

La préparation de la privatisation d’EDF-GDF commence d’ailleurs à faire sentir ses effets sur les centres de Recherche de ces entreprises : baisse de budget et d’effectifs, démantèlement des laboratoires d’essais, détachement de certaines activités dans des pôle opérationnels, réorientation des moyens vers des sujets liés à la rentabilité financière, au marketing, à la spéculation sur les marchés de l’Energie, au détriment des problèmes liés à l’amélioration de la qualité de la production et des réseaux et à la baisse des coûts associés…

Ainsi, non content de menacer la survie des instituts publics de Recherche - CNRS, INSERM, Universités, etc. - le gouvernement condamne également la Recherche des Services Publics qu’il privatise et soumet aux lois du marché.

Cette politique a conduit au démantèlement du CNET de France Télécom, et menace maintenant les centres de Recherche d’EDF-GDF qui comptent encore aujourd’hui plus de 3000 ingénieurs chercheurs et techniciens hautement qualifiés. Le démantèlement des centres de recherches des Entreprises Publiques dans le cadre de leur privatisation est un coup de plus porté à la Recherche. Il impacte également les instituts publics avec lesquels ces centres travaillaient souvent en partenariat.

C’est dans ce contexte que des agents d’EDF-GDF - syndiqués ou non - se regroupent au sein de « Comités d’Action et d’Information contre l’Ouverture du Capital d’EDF-GDF ». L’objectif de ces comités est d’informer les usagers des conséquences désastreuses de la libéralisation du secteur de l’Energie et des privatisations qui l’accompagnent, mais également de contribuer à l’organisation d’une mobilisation suffisamment puissante pour empêcher la transformation d’EDF-GDF en Société Anonyme de droit privé prévue par le Gouvernement pour 2004, et pour imposer un moratoire sur la libéralisation du secteur de l’Energie.

Les « Comités d’Action et d’Information contre l’Ouverture du Capital d’EDF-GDF » apportent leur soutien au mouvement de défense de la Recherche initié par le collectif « Sauvons la Recherche » et appellent à la manifestation du 9 Mars.

Les Comités sont prêts à s’impliquer dans toute autre initiative de défense de la Recherche. Ils encouragent la tenue « d’Etats Généraux de la Recherche », auquel ils souhaitent vivement que les entreprises publiques ayant une activité de Recherche, telles qu’EDF-GDF, participent.

La participation d’EDF-GDF à cette réflexion paraît indispensable afin de défendre en particulier le financement d’une Recherche Publique dans le domaine de l’Energie, dans un contexte de privatisation et de libéralisation du secteur.

Secrétariat des Comités d’Action et d’Information Contre l’ouverture du capital d’EDF-GDF
Lien : www.energiepublique.org