L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / CIR : La fantastique, mais illusoire, croissance du nombre de chercheurs dans les entreprises (+ 75 % en 10 ans)

CIR : La fantastique, mais illusoire, croissance du nombre de chercheurs dans les entreprises (+ 75 % en 10 ans)

le 19 mars 2015

La fantastique croissance du nombre de chercheurs dans les entreprises (+ 73 % en 10 ans), annoncée chaque année par le gouvernement dans « L’Etat de l’emploi scientifique en France », est totalement illusoire. Ce grotesque mensonge se perpétue grâce aux entreprises, qui veulent engranger plus de Crédit impôt recherche (CIR) chaque année et cherchent à gruger les services fiscaux, et grâce à la complicité des services de l’Etat, qui veulent montrer que le CIR est efficace pour la croissance de la recherche industrielle française.

Depuis des années (1), nous combattons le CIR avec des arguments chiffrés, qui montrent qu’il ne sert à RIEN pour inciter au développement de la recherche des grands groupes. Pour autant, nous attachons la plus grande importance au renforcement du tissu industriel et au développement de nouvelles technologies. Nous sommes favorables aux aides de l’Etat au privé, et d’abord aux PME, dès lors que ces aides sont transparentes, efficaces et utiles pour les objectifs précités.

Le CIR représente 6 milliards par an, soit plus que le budget de tous les EPST. A-t-il un rôle pour propulser la recherche privée, dont il finance près du tiers ? Année après année, nous montrons que la croissance de la recherche des entreprises est moindre que l’accroissement du CIR qu’elles reçoivent. Nous montrons aussi que des pays, où le CIR est faible ou inexistant, progressent beaucoup plus vite que nous quant à l’intensité de la recherche des entreprises (2, 3). C’est ce que confirme le tableau ci-dessous : seul le Royaume-Uni fait plus mal que la France. L’Allemagne, sans CIR, fait aussi bien.

Face à la contestation des scientifiques, de leurs organisations, de leurs instances, mais aussi face à la Cour des comptes, face à l’OCDE (pourtant très libérale) ou face aux médias (4), le ministère ne dispose plus que d’un seul argument, qu’il développe dans ses documents annuels intitulés « L’Etat de l’emploi scientifique en France ». Dans la version 2013, il prétend que, grâce au CIR, le nombre de chercheurs dans les entreprises se serait accru de 73 % en 10 ans.(...)

lire aussi en entier ici http://sncs.fr/CIR-La-fantastique-m... ?