L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Procès Mezzadri : Croquis d’audience

Procès Mezzadri : Croquis d’audience

par Olivier Long

le 31 janvier 2016

Procès de Bernard Mezzadri Tribunal d’Avignon - 28 janvier 2016 par Olivier Long

Bernard Mezzadri est là, il attend son tour, pendant qu’on juge quatre dealers en comparution immédiate, il se tient sagement sur sa chaise, comme on enseigne, un cartable à ses pieds. La République juge ses profs.(...)

L’accusé À l’occasion de la visite d’Emmanuel Valls à Avignon, Bernard Mezzadri -maître de conférence de grec et de latin- est accusé par le président de son Université (Emmanuel Ethis) d’avoir répété ironiquement, dans un échange privé, des propos xénophobes d’Emmanuel Valls : « - J’espère qu’en cette grande occaion la délégation de l’Université d’Avignon comptera suffisamment de « blancos » (et pas trop de « basanés ») afin de ne pas donner une mauvaise image de notre établissement ». Ces propos ironiques ont été transmis au procureur de la République, celui-ci a décidé d’instruire un procès pour « provocation à la haine raciale ».

L’avocat Manuel Valls étant par ailleurs qualité de « chasseur de Rom », c’est le jovial Henri Braun, avocat de « La Voix des Roms » qui défendra Bernard Mezzadri. Une souscription a permis de payer ses honaraires. Une pétition de soutien à Bernard Mezzadri compte près de 10 000 signatures le jour du procès.

Le procureur Pour le procureur d’Avignon, Bernard Marchal, ce Procès « C’est la condamnation d’idées rampantes, nauséeuses, sur lesquelles les esprits éclairés ne devraient pas s’aventurer », « Peut-être n’était-ce pas votre volonté intérieure (...) mais dans votre formulation, pas si circonstanciée que cela, en vous engageant sur cette question de la couleur de peau, en engageant votre établissement à se positionner sur cette question, moi je dis que c’est raciste ». Autrement dit : parler de racisme, c’est déjà être raciste !

L’audition Bernard Mezzad ri se tient devant ses juges, Comme un adolescent au corps trop grand, il croise ses jambes et crispe ses mains. Quand on l’interroge, il se tient comme un bon élève qui répond au tableau. Il parle d’une voix calme, mais ne cède rien. « - Mes propos ne sont pas racistes ».

Le bâtonnier Surprise de dernière minute ! L’ex-bâtonnier d’Avignon -notable issue d’une grande famille locale- vient au secours de l’accusation du procureur. Il a été mandaté par le nouveau président de l’université (Philippe Ellerkamp), qui s’est répandu publiquement pour expliquer que l’université n’avait rien à faire dans cette histoire. Le passage de Bernard Mezzadri en tribunal ne concerne en rien, l’université d’Avignon... ...mais leur avocat est là, prêt à frapper sa proie.

La plaidoirie Maître Henri Braun salue l’anti-racisme militant du procureur d’Avignon. Il explique que cette a-aire est ubuesque, que l’Université a menti quand elle s’est prétendue sans rapport avec cette procédure (elle se porte partie cicile au procès). L’université est un lieu de liberté garanti par des franchises universitaires depuis le Moyen-âge, sa vocation est de former des esprits libres capables de dire au pouvoir son fait, en dehors de tout asservissement des savoirs.

Jugement attendu pour le 10 février 2016 Une peine de 1000 Euros assortie d’un sursis simple a été requise contre Bernard Mezzadri. Un an après les attentas de « Charlie Hebdo », ce procès historique fera jurisprudence. Il est celui de la liberté d’expression dans un pays sous état d’urgence.

Le texte initial avec les croquis inclus se trouvent en attaché

Voir aussi

http://sauvonslarecherche.fr/spip.p...