L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Au Revoir Henri

Au Revoir Henri

Par KELLER Angélica , le 19 octobre 2016

JPEG - 93.7 ko
cliché Agnès Anne

C’était au cimetière Montparnasse vendredi dernier, une cérémonie émouvante et pleine de chaleur, malgré la température extérieure.

Vous trouverez ci-joint quelques images ; merci à Jocelyne FERNANDEZ-VEST de les partager avec nous.

Afin de partager avec ceux qui ne pouvaient se déplacer ce jour-là, nous avons demandé aux intervenants de bien vouloir nous communiquer autant que possible leurs discours, dressant ainsi un portrait toujours très personnel d’Henri-Edouard Audier : un scientifique, un militant, un syndicaliste, toujours de grande qualité, un homme complet irremplaçable, tout simplement.

Nous complèterons au fur et à mesure de la réception des textes.

Mais pour continuer à entendre sa voix, voici un lien de son intervention au sénat, en mai 2015 http://videos.senat.fr/video.145217...

De Isabelle This-Saint-Jean

Chère Florence, lorsque le deuil nous frappe parmi toutes les souffrances, il en est une terrible : celle de ne plus entendre la voix de celui qui disparaît. Et nous n’entendrons plus la voix d’Henri.

Une voix forte. Cette force que donne la sincérité des conviction. Lui qui fut un militant infatigable de la recherche et de sa liberté, du savoir et de la connaissance, épris de justice sociale et des valeurs de gauche. Cette force que dans le combat politique donnent l’intégrité, le désintéressement et la sagesse de l’indifférence aux ors de la république et aux vanités des jeux politiciens.

Cette force que donnent la rigueur, la précision et l’analyse des faits. Lui qui, loin de la communication politique et de sa langue de bois, opposait aux approximations et aux jeux de bonneteau des entourloupes budgétaires, des faits et des chiffres, jamais de boniments. Lui qui avait compris que le nerf de la guerre se trouve souvent dans les détails les plus infimes des bleus budgétaires et qui pourtant savait trouver la formule cinglante qui fragilise l’adversaire politique. Et combien de ministres en ont-ils fait les frais ? Lui dont la connaissance des institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche étaient sans égale.

Cette force aussi que donnent la générosité et la bienveillance. Son combat pour les jeunes et contre la précarité en atteste. Lui dont la gentillesse, la disponibilité et la simplicité resteront un modèle. Lui qui pendant de longues heures, au téléphone ou en réunions, à SLR ou au PS, patiemment, nous aidait à peaufiner un argumentaire ou à mettre en place une stratégie, jamais économe d’explications,

Cette force aussi de celui qui savait le chemin long et qui pourtant, jamais ne renonçait ou ne se décourageait, même dans les moments de grande déception, et il y en eu. Lui qui pouvait appeler à la révolte et sonner la charge quand les circonstances l’imposaient, toujours disponible pour le combat comme pour l’élaboration de son alternative. 

Cette voix nous ne l’entendrons plus. Cette voix grave et profonde, colorée d’une jolie pointe d’accent méridional. Cette voix qui résonnait comme la promesse d’une figure amie, chaleureuse et affectueuse. Pourtant elle a laissé des traces profondes, durables chez beaucoup d’entre nous. Et ne doute pas chère Florence que nous serons à l’avenir à tes côtés, avec toute notre amitié, pour poursuivre les combats que tu partageais avec Henri et continuer à tracer le sillon profond qui était le sien.

REÇU DEPUIS LA PUBLICATION DE CET ARTICLE

** Au Revoir Henri ** Je suis profondément touché de la disparition de mon ami Henri Edouard Audier et seules des aspects douloureux de ma vie familiale m’ont empêché de réagir aussitôt ; nous avons combattu souvent ensemble et les désaccords parfois profonds n’empêchaient pas une solide amitié. Sa disparition est une grande perte et un cri d’espoir vis à vis des jeunes générations qui auront à cœur de prendre la relève et de marcher dans ses pas OLIVIER GEBUHRER

** Chers tous, Merci pour vos messages, vos témoignages, votre présence. Henri avait encore tant de choses à faire, tant de choses à dire... Avec toute mon amitié Florence