L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Accès thématique / edition scientifique / Démission à l’université de Bourgogne Franche-Comté

Démission à l’université de Bourgogne Franche-Comté

le 21 novembre 2018

Le président et des vice-présidents de la COMUE Bourgogne-Franche-Comté (UBFC) annoncent leur démission. Le président Nicolas Chaillet a adressé aux personnels la lettre suivante :

Communication de Nicolas Chaillet, président d’UBFC, à l’ensemble de la communauté universitaire de Bourgogne-Franche-Comté

En mars 2016, nous avons été élus au suffrage direct par l’ensemble de la communauté de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche de Bourgogne-Franche-Comté pour développer avec elle la politique du site, porter le projet ISITE-BFC et construire la nouvelle université fédérale UBFC. Celle-ci est fondée sur des statuts et sur la trajectoire vers l’université cible décrite dans ISITE-BFC et validée conjointement par les établissements membres. Nous avons souhaité bâtir une université fédérale, inclusive, ouverte à tous, ancrée dans son territoire et sommes convaincus que porter une telle ambition nécessite de croiser excellence scientifique, interdisciplinarité, solidarités, coopérations et ancrage territorial.

Dans un contexte très difficile, nous avons engagé le déploiement d’un nouvel espace universitaire régional attractif et visible aux plans national et international, avec l’appui d’une équipe administrative motivée et guidée par un sens aigu de l’intérêt général. Le développement d’ISITE-BFC a été au cœur de nos actions. Nous avons également porté d’autres projets collectifs et structurants qui sont autant de succès majeurs pour notre communauté. On peut citer :
- le portage du doctorat,
- la création de huit parcours de masters en anglais,
- l’entrepreneuriat étudiant,
- le projet PIA Nouveaux cursus à l’université RITM-BFC, dédié à la réussite en premier cycle,
- le projet PIA Ecole universitaire de recherche EIPHI, liant le master au doctorat,
- la plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie,
- le portage du schéma directeur de la vie étudiante et l’organisation des premières assises régionales de la vie étudiante,
- le programme régional de culture scientifique, technique et artistique (VIVO, Entrez en nature !),
- le projet de Datacenter régional,
- la mise en place de pôles thématiques chargés d’élaborer, pour chacun des domaines, une stratégie scientifique commune.

Nombre d’entre vous, dans les services centraux, les composantes, les laboratoires ont fortement contribué à ces premiers succès et sont engagés dans ces actions. Je veux vous en remercier chaleureusement. Le projet ISITE-BFC prévoit des engagements dont la responsabilité incombe aux établissements membres et qui ont été validés par leur conseil d’administration. Ces engagements, concernant notamment le pilotage de la recherche, permettent de mesurer l’adhésion des établissements d’UBFC au projet collectif et seront déterminants lors de l’évaluation d’ISITE-BFC. Les chefs d’établissementn’ont manifestement pas voulu mettre en œuvre ces engagements, qu’ils ont pourtant eux-mêmes pris devant le jury international d’ISITE-BFC.

Malgré le développement d’UBFC ou peut-être à cause de cela, nous avons également dû faire face à une stratégie d’empêchement, voire de blocage de la part des chefs d’établissement.

Je crois à un projet qui doit être au service et en lien avec tout le territoire et non à un projet qui se construit sur des questions de pouvoir et de siège. Je reste persuadé que vous, enseignants, enseignants-chercheurs, chercheurs, personnels BIATSS, étudiantes et étudiants devez être au cœur des débats et des réflexions sur le devenir de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en Bourgogne-Franche-Comté.

Compte-tenu de mon profond désaccord avec la vision des chefs d’établissements et ne pouvant garantir l’intérêt général dans ce contexte, j’ai pris la décision de quitter mes fonctions au lendemain du conseil d’administration du 13 décembre prochain, dédié au vote du budget initial 2019, étape nécessaire pour ne pas bloquer le fonctionnement d’UBFC. Pour les mêmes raisons, la présidente du Conseil académique et l’ensemble des vice-présidents ont décidé de faire de même.

Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à l’ensemble de la communauté et souhaite profondément que l’enseignement supérieur et recherche en Bourgogne-Franche-Comté soit moteur dans le développement de notre région. C’est un véritable déchirement de constater que l’inertie, le manque de sens de l’intérêt général, les jeux de pouvoir, mettent grandement en péril le projet ISITE-BFC et avec lui les liens tissés entre les communautés. Parce que la réussite est accessible, nous formons le vœu que le travail accompli, les succès engendrés et le modèle fédéral ne soient pas détournés par quelques-uns au mépris de la démocratie, que les prérogatives du Conseil d’administration d’UBFC soient respectées et que l’intérêt général l’emporte.

Très cordialement,

Nicolas Chaillet

Président d’UBFC