L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / DÉCLASSEMENTS AU CNRS

DÉCLASSEMENTS AU CNRS

Faire confiance aux chercheurs et chercheuses, revoir le rôle des jurys d’admission et leur fonctionnement

le 1er juillet 2019

Ce texte-pétition a été publié suite à la crise engendrée au CNRS par le déclassement de Akim Oualhaci. Il peut être signé ici.

Le CNRS a pour objet la recherche et le progrès de la connaissance dans toutes les disciplines. Organisé en 10 instituts, il constitue un établissement phare à l’échelle mondiale. Les chercheur.ses recruté.es le sont à vie, ce qui constitue un atout majeur du CNRS par rapport à d’autres organismes de recherche, et qui permet de compenser, pour partie, la modestie des salaires proposés à l’aune des standards internationaux. Les chercheur.ses CNRS sont donc des fonctionnaires. Comme pour tous les concours de la fonction publique, leur recrutement doit être avalisé par un jury d’admission.

Dans un contexte où le nombre de postes ouverts au concours ne cesse de décroître et s’avère notoirement insuffisant, il nous semble indispensable de redéfinir collectivement le rôle de ces jurys d’admission. Le recrutement des chercheur.ses est un enjeu majeur pour la qualité de la recherche, son rayonnement, ses productions, il doit pour cela être légitime au sein des communautés scientifiques.

Or ces trois dernières années, des déclassements à répétition se sont produits dans plusieurs sections du CNRS, en sciences humaines et sociales mais aussi dans d’autres disciplines (mécanique, chimie, etc.). C’est évidemment dramatique pour les candidat.es malheureux.ses, et plus encore dans un contexte de contraction des postes. En envoyant des signaux aussi incohérents, on affecte aussi la sérénité d’une institution à laquelle nous sommes profondément attaché.es. Notre propos n’est pas de revenir sur le contenu des dossiers des personnes déclassées, voire éliminées, du classement (auquel cas nous ferions exactement ce que nous pensons qu’il ne faut pas faire : juger trop vite et en moins de temps que ce qui a été fait en section), mais d’expliciter les enjeux de la tension entre sections du comité national et jurys d’admission et d’en tirer des recommandations pour le fonctionnement des jurys d’admission.

La reconnaissance des pairs est le principe fondateur des règles de recrutement et de jugement scientifique. A l’inverse, la direction du CNRS, comme de plus en plus de grandes organisations aujourd’hui, cherche à accroître une logique de pilotage, la mise en œuvre de priorités, la garantie de standards, le contrôle des procédures, ce qui conduit souvent à des interventions pour la stratégie de l’organisation ou à des formes de management peu transparentes. Cette tension est aujourd’hui centrale, et très fréquente dans les organisations publiques. Elle exige d’être elle-même contrôlée et encadrée par des règles claires, afin de préserver ce qui devrait pourtant rassembler les uns et les autres : l’originalité et la qualité de la recherche produite par le CNRS.

Les chercheur.ses sont recruté.es par les sections du Comité national qui, il faut le rappeler, sont placées auprès du CNRS et ont leur autonomie. Ces sections sont composées de deux tiers d’élu.es et un tiers de nommé.es d’une discipline ou d’un tandem de disciplines, qui, pendant des semaines entières, lisent les travaux, auditionnent les candidats, débattent et classent. Ce mode de recrutement a fait ses preuves et il participe de la grande qualité de la recherche au CNRS. Les sections du comité national déploient une activité aussi considérable que minutieuse, travaillant pendant des semaines pour un tout petit nombre de postes. La qualité de ce travail d’examen des dossiers par les pairs, puis d’audition, est reconnue pour sa qualité et son exigence. Certes, il peut arriver que certains jugent contestables les choix de ces commissions. Comme dans toute organisation, et plus encore lorsque les postes sont rares et les recrutements en diminution, les tensions s’exacerbent. La période actuelle est en effet particulièrement dramatique pour ce qui concerne le nombre de postes mis au concours et, contrairement aux autres grands pays, la France perd du terrain en matière de recherche.

Au terme de ce processus interviennent les jurys d’admission. Se pose ici la question de leur fonctionnement, question ancienne mais qui suscite de nombreuses controverses puisque ces jurys, prévus par la réglementation, ont la capacité légale de revoir les classements proposés par les sections. Ces jurys ne sont pas élus, mais composés de personnes de différentes disciplines, chapeautées par le directeur ou la directrice d’un institut spécifique du CNRS, nommées par la direction du CNRS, et prélevées pour moitié dans les sections qui s’y retrouvent ainsi inégalement représentées – un des points qui contribue à leur opacité. L’autre moitié est composée de collègues chercheurs ou universitaires. Ce sont ces jurys qui, après que les sections ont classé les candidat.es admissibles, décident de l’admission.

La remise en cause des classements des sections du comité national, lorsque cela a lieu, suscite à juste titre des réactions vigoureuses : c’est un signe de défiance et de remise en cause à l’égard du travail des sections, et le processus est violent pour les candidat.es déclassé.es ou sorti.es du concours. Les chercheur.ses qui siègent dans ces jurys d’admission (renouvelés tous les ans) sont certainement conscients de cette responsabilité, et tentent de travailler de manière exigeante et collective. Mais la variabilité de ces jurys, le fait qu’ils examinent des dossiers qui souvent ne relèvent pas de leur spécialité, la brièveté du temps dont ils disposent concourent nécessairement à rendre leur travail d’examen des dossiers moins détaillé et moins approfondi que ce qui est fait en section.

Au moment où la direction du CNRS caresse l’idée d’accroître encore le rôle des jurys d’admission en les faisant piocher dans un nombre de candidat.es classé.es par les sections deux fois supérieur au nombre de postes, nous souhaitons revenir sur ce fonctionnement problématique. De deux choses l’une : soit les jurys d’admission sont des chambres d’enregistrement et la question de leur organisation et de leur mode de fonctionnement n’est pas un enjeu ; soit, et c’est le cas aujourd’hui, le jury d’admission exerce, en rupture avec ce qui prévalait auparavant, dans un contexte plus confiant dans l’auto-organisation des chercheurs, un nouveau travail d’évaluation qui vient se substituer à celui des sections, mais sans disposer ni du temps ni des compétences collectives pour le mener à bien. Dans ce cas, le fonctionnement actuel n’est pas satisfaisant et l’absence de transparence du CNRS est inacceptable.

Plusieurs points sont à souligner :
- Les critères de composition de ces jurys doivent être explicités au-delà du bon vouloir de la direction de l’Institut dont ils dépendent. Il est indispensable que toutes les sections du Comité national de l’Institut soient représentées pour expliciter les choix des commissions au delà du rapport du président.e de section et pour permettre une vraie coordination entre elles, notamment pour les dossiers interdisciplinaires.
- Les modes de fonctionnement du jury d’admission doivent être explicités. Les cas sans problème peuvent être validés rapidement. Les cas jugés problématiques doivent faire l’objet d’un examen approfondi avec des procédures à préciser menées avec des représentants des sections.
- Les choix et les décisions du jury d’admission doivent être explicités, justifiés et rendus publics. C’est là, selon nous, un point essentiel : tout déclassement, avec les conséquences graves qu’il implique, est un acte qui déjuge (un candidat.e, la section) et qui, loin de paraître arbitraire, doit faire l’objet d’un rapport circonstancié.

Au final, le rôle des jurys d’admission doit être précisé. Plus que le lieu d’un nouveau jugement, leur rôle doit être celui d’un contrôle rigoureux de la forme, et non du fond. Les jurys d’admission ont un rôle important, consistant à vérifier qu’il n’y a pas eu de conflits d’intérêt dans la désignation des candidats classés. On peut aussi comprendre (sans toujours s’en réjouir) que la direction du CNRS prête attention aux « fléchages » de postes correspondant à des thématiques qu’elle souhaite encourager. Assurément cela peut être vérifié a minima. De même, face à un classement uniquement masculin par exemple, le jury d’admission peut affirmer le souci d’une diversité accrue, et de façon plus générale contribuer à assurer un plus grand souci de l’égalité des carrières entre femmes et hommes.

Ces clarifications sont essentielles. La confiance faite aux chercheur.ses est moins dommageable que des révisions brutales et opaques. Nous appelons donc la direction du CNRS à ne pas oublier que le respect du travail patient de la science implique que ce soit en assimilant les travaux et en rencontrant les candidat.es lors des auditions que l’on puisse tenter d’établir leur nouveauté, leur originalité et leur qualité. Ces principes sont d’autant plus essentiels que les communautés scientifiques, dans leur diversité, sont aujourd’hui traversées de débats fondamentaux sur les critères de ce qu’est une science digne de ce nom, dans le contexte préoccupant de la disqualification de la connaissance scientifique et de l’activité des chercheur.ses.

L’administration du CNRS s’est montrée particulièrement défensive au fil des ans. La transparence et des règles du jeu discutées, clarifiées et acceptées sont indispensables si les jury d’admission devaient persister à intervenir contre l’avis des sections – faute de quoi c’est la légitimité même du CNRS qui s’en trouverait fragilisée.

Premier signataires :

Jenny Andersson (Historienne, Médaille de bronze du CNRS 2015)

Philippe Bezès (Politiste, Médaille de bronze du CNRS 2018)

Anne-Laure Biance (Mécanicienne, médaillée de bronze du CNRS 2017)

Arezki Boudaoud (Biophysicien, Médaille d’argent du CNRS 2016)

Axelle Brodiez-Dolino (Historienne, Médaille de bronze du CNRS 2017)

Christophe Charle (Historien, Médaille d’argent du CNRS 2001)

Didier Chatenay (Physicien, Médaille d’argent du CNRS 1999)

Vincent Dubois (Politiste, Médaille de bronze du CNRS 2001)

Wolf Feuerhahn (Historien des sciences, Médaille de bronze du CNRS 2017)

Samuel Forest (Mécanicien, Médaille d’argent du CNRS 2012)

Claudia Fritz (Acousticienne, Médaille de bronze du CNRS 2016)

Sarah Gensburger (Sciences sociales, Médaille de bronze du CNRS 2019)

Olivier Godechot (Sociologue, Médaille de bronze du CNRS 2013)

Florian Grisel (Juriste, Médaille de bronze du CNRS 2018)

François Hild (Mécanicien, Médaille d’argent du CNRS 2017)

Christophe Josserand (Mécanicien, Médaille de Bronze du CNRS 2007)

Stéphanie Latte Abdallah (Historienne et politiste, Médaille de bronze du CNRS 2008)

Camille Lefebvre (Historienne, Médaille de bronze du CNRS 2016)

Patrick Le Galès (Politiste, Médaille d’argent du CNRS 2018)

Claire Lemercier (Historienne, Médaille de bronze du CNRS 2008)

Benjamin Lemoine (Politiste, Médaille de bronze du CNRS 2018)

Hélène Lœvenbruck (Neurolinguiste, Médaille de bronze du CNRS 2006)

Elise Lorenceau (Mécanicienne, Médaille de bronze du CNRS 2010)

Claude Loverdo (Biophysicienne, Médaille de Bronze du CNRS 2019)

Rémi Métivier (Chimiste, Médaille de bronze du CNRS 2011)

Aïssatou Mbodj-Pouye (Anthropologue, Médaille de bronze du CNRS 2016)

Serge Paugam (Sociologue, Médaille de bronze 1991, médaille d’argent du CNRS 2009)

Thomas Piketty (Économiste, Médaille de bronze du CNRS 2000)

Olivier Pouliquen (Mécanicien, Médaille d’argent du CNRS 2018)

Geneviève Pruvost (Sociologue, Médaille de bronze du CNRS 2009)

David Quéré (Physicien, Médaille d’argent du CNRS 2014)

Salima Rafaï (Physicienne, Médaille de Bronze du CNRS 2014)

Catherine Rémy (Sociologue, Médaille de bronze du CNRS 2012)

Daniel Roche (Historien, Directeur honoraire IHMC, CNRS/ENS, Collège de France)

Jay Rowell (Politiste, Médaille de bronze du CNRS 2007)

Johanna Siméant-Germanos (Politiste, Médaille d’argent du CNRS 2019)

Alice Travers (Historienne, Médaille de bronze du CNRS 2018)

Agnès van Zanten (Sociologue, Médaille d’argent du CNRS 2017)

Anaïs Wion (Historienne, Médaille de bronze du CNRS 2015)

Francis-André Wollman (Biologiste, Médaille d’argent du CNRS 2000)

Claire Zalc (Historienne, Médaille de bronze du CNRS 2013)