L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Le vote de la LPR ne passe pas

Le vote de la LPR ne passe pas

le 3 décembre 2020

La ministre Vidal se félicite du vote de « sa » loi et écrit au personnel. Ce vote a profité du silence des personnels consécutif au confinement du printemps puis de l’épuisement des mêmes personnels mis dans des situations impossibles pour assurer leurs cours en distanciel, quand les étudiants décrochent ou désespèrent.

Pourtant, ça ne passe pas

  • une saisine du Conseil Constitutionnel a été signé par 81 députés qui considèrent que La LPPR dans son ensemble méconnaît le Préambule de 1946 de notre Constitution : « La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État. ». Rappelant que c’est au cours de la commission mixte paritaire (CMP) qu’ont été adoptés en catimini les amendements scandaleux sur la pénalisation des manifestations estudiantines au sein des universités et la suppression de la qualification préalable par le CNU des candidats aux fonctions de maître de conférences, ils concluent La recherche en France ne méritait pas tel désastre ; son importance pour le pays ne justifiait pas un tel contournement du Parlement.
  • La Commission Permanente du Conseil National des Universités, après avoir acté l’absence de concertation avec le ministère, considère que Mme la Ministre a provoqué une crise de confiance et un désordre sans précédent dans le monde de la recherche en voulant mener, coûte que coûte, une réforme décriée de toute part et écrit au président de la République. Un appel est maintenant lancé au sections du CNU de bloquer le système Galaxie en ne proposant pas de rapporteurs pour les dossiers de qualification, en refusant d’être rapporteur pour l’HCERES ou l’ANR (voir ci-contre l’exemple de la section 61 du CNU).
  • les personnels de l’’Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) ont initié un appel à boycott :

« En solidarité avec la Section 37 et de nombreuses autres Sections du CNU qui ont déjà réagi, les signataires décident :

  • de cesser leurs activités administratives, notamment celles qui concernent l’évaluation (de projets, individuelles, ou de structures) et le recrutement selon les nouvelles modalités introduites par la LPR (tenure tracks, CDI de mission, EC avec dérogation à la qualification nationale) ;
  • de remplacer tout rapport d’activité, à commencer par les rapports d’activité 2020, par une lettre de protestation contre la LPR ;
  • de soutenir ces initiatives, et plus généralement les initiatives contre la LPR et en faveur de la sauvegarde d’un enseignement supérieur et d’une recherche libres et indépendants, seul gage de leur intérêt général »