L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Les déclarations de la ministre condamnées par les instances du CNRS

Les déclarations de la ministre condamnées par les instances du CNRS

le 19 février 2021

Suite aux déclarations intempestives de la ministre de l’ESRI concernant la prétendue influence de l"islamogauchisme" à l’université et son désir de voir le CNRS, puis l’alliance Athéna, mener l’enquête afin de "distinguer ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève du militantisme, de l’opinion" les instances concernées ont fermement condamné les propos de la ministre.

Le Conseil Scientifique du CNRS « exprime avec la plus grande fermeté son opposition à ces déclarations qui jettent l’opprobre sur le monde universitaire et vont à l’encontre du principe constitutionnel de garantie des libertés académiques et dénonce, comme l’a fait la direction du CNRS dans un communiqué rendu public le 17 février, la «  regrettable instrumentalisation de la science » à l’œuvre dans le débat politique en cours. »

Les président.e.s des instances du Comité national de la recherche scientifique, « condamnent avec la plus grande fermeté ces déclarations qui vont à l’encontre du principe constitutionnel de garantie des libertés académiques et dénoncent la « regrettable instrumentalisation de la science » à l’œuvre dans le débat politique en cours. »

L’alliance Athéna « considère qu’il n’est pas de son ressort de conduire des études qui ne reposeraient pas sur le respect des règles fondatrices de la pratique scientifique, qui conduiraient à remettre en question la pertinence ou la légitimité de certains champs de recherche, ou à mettre en doute l’intégrité scientifique de certains collègues. »

La ministre devra mener sa chasse aux sorcières toute seule (si Gilles Kepel est indisponible).

Rappelons qu’une pétition appelant à la démission de Madame Vidal circule.

PDF - 93 ko
trouve ton isme