L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Actualités / Pilotage de la recherche - suite sans fin

Pilotage de la recherche - suite sans fin

le 31 mai 2022

Le statut national des personnels de recherche et d’enseignement-recherche est le garant de l’intégrité et de l’autonomie de la Recherche.

En conséquence, la volonté de contrôle et de pilotage de la Recherche par les pouvoirs publics se voit dans l’attaque sur les statuts : appauvrissement du service public, précarisation des personnels avec notamment l’instauration des "chaires junior", contrôle des activités, évaluation/sanction, menaces...

Les personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ne cessent de dénoncer ces politiques. Dernièrement :

  • une motion des responsables des instances du Comité National :

"La C3N réunie le 14 janvier 2022 rappelle son attachement au statut national des personnels de recherche et d’enseignement-recherche, et son opposition à la mise en place de chaires junior qui contribuent à défaire ce statut. E lle demande au ministère d’abandonner ce nouveau mode de recrutement délétère, et aux univ ersités et aux organismes de recherche de ne pas le mettre en place. La C3N réclame que les mo yens destinés à ce dispositif de chaires junior servent plutôt à créer ce dont le service public de l’enseignement supérieur et la recherche a tant besoin : des postes pérennes de chercheurs, chercheuses, enseignants-chercheurs et enseignantes- chercheuses qui suivent les voies nationales de recrutement telles qu’elles sont défendues par le comité national du CNRS et le Conseil national des universités." à retrouver ici

  • Une motion du Conseil Scientifique d’Institut SHS :

"Le CSI de l’InSHS réuni le 1 février 2022 rappelle son attachement au statut national des personnels de recherche et d’enseignement-recherche, et son opposition à la mise en place de chaires junior qui contribuent à défaire ce statut. Elle demande au ministère d’abandonner ce nouveau mode de recrutement délétère et aux universités, aux organismes de recherche et à leurs Instituts, de ne pas le mettre en place. Le CSI de l’InSHS réclame que les moyens destinés à ce dispositif de chaires junior servent plutôt à créer ce dont le service public de l’enseignement supérieur et la recherche a besoin : des postes pérennes d’ingénieurs, d’ingénieures et techniciens, techniciennes, de chercheurs, chercheuses, enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses, qui suivent les voies nationales de recrutement telles qu’elles sont défendues par le comité national du CNRS et le Conseil national des universités (CNU)." à retrouver ici

  • un communiqué du SNCS-FSU, à retrouver ici.

Mais la préoccupation première de nos dirigeants n’est pas d’œuvrer pour l’intérêt général de la Nation.